SUSIE

Bienvenue dans mon monde

  • Accueil
  • > Recherche : tes bras amour

ROMANTISME

Classé dans : — susie @

Je suis une passionnée de l’amour. J’aime l’unique, l’exception, le fulgurant !

Et lorsque dans un ultime cri, nous jouissons, nous abandonnant dans les bras de l’autre, en cet instant suspendu, n’est ce pas là une petite mort ? Surtout si cet autre est sublimé par l’amour incommensurable qu’on lui voue…

Je crois aux âmes qui se cherchent durant des vies pour s’aimer éternellement.

Je crois aux anges qui regardent et veillent sur deux cœurs purs s’échangeant des promesses sincères.

Tant que je croirai, il y aura de l’espoir, de la lumière.

Retiens de moi mes sourires, mes fous rires, mes colères même !

Retiens que même si mes yeux sont souvent larmoyants, il y a une étincelle dedans, et le désir de tout dévorer. Je suis malheureuse mais assoiffée d’amour. Et de mes larmes qui coulent naissent mes plus belles armes pour combattre ce monde.

Comme je dois, pour ma survie, faire sortir ma douleur, l’apaiser, ou la faire taire quelques jours, je me plais à l’imaginer tel un enfant qu’on tient dans ses bras. L’enfant pleure. Je lui chante une berceuse et l’enfant s’endort.

Cet enfant c’est ma souffrance et mes textes sont les berceuses que je lui chante…

Susanna

fond-ecran-neige-et-nuit

Romantisme

Classé dans : MES ECRITS,Qui suis-je? — susie @

Je suis une passionnée de l’amour. J’aime l’unique, l’exception, le fulgurant !

Et lorsque dans un ultime cri, nous jouissons, nous abandonnant dans les bras de l’autre, en cet instant suspendu, n’est pas là une petite mort ? Surtout si cet autre est sublimé par l’amour incommensurable qu’on lui voue…

Je crois aux âmes qui se cherchent durant des vies pour s’aimer éternellement.

Je crois aux anges qui regardent et veillent sur deux cœurs purs s’échangeant des promesses sincères.

Tant que je croirai, il y aura de l’espoir, de la lumière.

Retiens de moi mes sourires, mes fous rires, mes colères même !

Retiens que même si mes yeux sont souvent larmoyants, il y a une étincelle dedans, et le désir de tout dévorer. Je suis malheureuse mais assoiffée d’amour. Et de mes larmes qui coulent naissent mes plus belles armes pour combattre ce monde.

Comme je dois, pour ma survie, faire sortir ma douleur, l’apaiser, ou la faire taire quelques jours, je me plais à l’imaginer tel un enfant qu’on tient dans ses bras. L’enfant pleure. Je lui chante une berceuse et l’enfant s’endort.

Cet enfant c’est ma souffrance et mes textes sont les berceuses que je lui chante…

Susanna Massa

Amma Amritanandamayi

Classé dans : AMOUR/Amma,AU-DELA/ KARDEC/SPIRITUALITE — susie @

10155149_10152076916343302_4280340728245739793_n

« Grandissez sans rien perdre de votre innocence.

Et en grandissant, restez humbles en toutes circonstances.

Votre croissance physique ne doit pas affecter l’enfant en vous.

Que votre intelligence devienne plus vive, que votre mental gagne en clarté et en vigueur,

mais tout en développant ces facultés,

permettez aussi aux sentiments du cœur de grandir. »

Amma

Au matin du 27 septembre 1953, dans un petit village de la côte du Kérala au Sud de l’Inde, au sein d’une famille d’humbles pêcheurs, naquit une petite fille au teint étonnamment bleu-foncé. Ses parents l’appelèrent Soudhamani. Alors que les bébés, d’ordinaire, pleurent à la naissance, Soudhamani vint au monde avec un sourire radieux, comme pour annoncer la joie qu’elle allait bientôt apporter au monde.

C’était une petite fille remarquable qui montra dès l’enfance de nombreux signes inhabituels. Elle commença à marcher à six mois. La dévotion envers Dieu était une part intégrante de sa nature. Ses parents la trouvaient parfois absorbée dans un état de profonde méditation, totalement perdue à ce monde.

A l’âge de cinq ans elle composait de petits chants dévotionnels dédiés à Sri Krishna ; ces chants exprimaient de profondes vérités mystiques. Elle exprimait son cœur et son âme à travers ces mélodies, sa douce voix devint une source de grande joie pour les villageois. Alors que Soudhamani n’avait que neuf ans, sa mère tomba malade et l’entière responsabilité de la maison retomba sur les épaules de la petite fille : préparer les repas, laver le linge, nettoyer la maison, faire la vaisselle, traire les vaches, les nourrir, assurer l’approvisionnement en eau. Elle fut finalement contrainte de quitter l’école, alors qu’elle y était la meilleure élève. Elle s’occupa de ses frères et sœurs, de ses parents et des vaches, sans jamais se plaindre malgré cette charge de travail éreintante. Elle offrait au Seigneur chaque minute de ses longues heures de travail. Les membres de sa famille, irrités par son comportement auquel ils ne comprenaient rien, la méprisaient et la maltraitaient mais elle acceptait tous les obstacles comme un moyen employé par le Seigneur pour la rapprocher de lui. Son seul réconfort et son seul soutien était le souvenir de son bien-aimé Krishna. Quand son travail était terminé, vers minuit, Soudhamani, au lieu de s’effondrer et de dormir, passait la nuit à méditer, à chanter et à prier.

431ac67cfc5320c6b5cc1bfd02515108

L’amour et la compassion envers tous les êtres humains est une autre qualité qu’elle manifesta clairement dès l’âge tendre. Il lui fallait entre autres se rendre dans les maisons du voisinage et récolter de la nourriture pour les vaches. Elle écoutait alors avec patience les malheurs des uns et des autres, surtout des personnes âgées qui lui confiaient souvent comment leurs enfants adultes et leurs petits-enfants les négligeaient et les maltraitaient. Leurs récits montraient à Soudhamani que les mêmes personnes qui, enfants, priaient Dieu d’accorder la santé et une longue vie à leurs parents, les maudissaient lorsqu’ils devenaient âgés et infirmes. Elle comprit que l’amour humain est égoïste, inconstant et limité, que les êtres humains n’ont qu’un seul véritable ami en ce monde : Dieu. Son amour seul est toujours présent, constant et inconditionnel.

Le spectacle de la cruauté et de l’égoïsme du monde, de la douleur et de la souffrance qu’il entraîne, ne fit qu’accroître l’amour de Soudhamani pour Dieu et son désir de Le réaliser. Bien qu’elle ne fût qu’une enfant, sa quête du Divin avait maintenant un autre but : soulager la misère des autres.

Soudhamani faisait tout ce qu’elle pouvait pour soulager les souffrances de ses voisins et leur apportait même de la nourriture de chez ses parents. Lorsqu’elle donnait ainsi des choses prises chez elle, il arrivait bien souvent qu’elle se fasse battre. Mais aucune punition ne pouvait l’empêcher de manifester sa compassion innée.

Lorsque Soudhamani parvint à l’adolescence, son amour pour le Seigneur atteignit des proportions indescriptibles. Ses extases se firent de plus en plus fréquentes, elle dansait et chantait, ivre de Dieu et totalement perdue au monde. Elle eut bientôt des visions de Krishna, voyant Sa forme vivante en chaque objet. Aux yeux de Soudhamani, l’essence de l’univers entier était Krishna, et Krishna seul. En peu de temps, Soudhamani accéda à une union profonde et mystique avec son Seigneur, une union si complète qu’elle ne pouvait plus distinguer entre Krishna et son propre Soi. La seconde phase des pratiques spirituelles de Soudhamani commença lorsqu’elle eut un jour une vision inattendue de la Mère divine de l’univers. A la suite de cette expérience merveilleuse, elle aspira nuit et jour à s’unir à la Mère divine, possédée d’un désir qui ne lui laissait pas de trève.

 

Les membres de sa famille et les autres villageois étaient absolument incapables de comprendre les extases de Soudhamani ; elle ne se comportait pas comme une fille normale et fut donc en but à toutes sortes de persécutions.

Elle fut finalement contrainte de quitter la maison familiale et de vivre sans abri. Elle avait pour toit le ciel, pour lit la terre, pour lampe la lune et pour éventail la brise de mer. Tandis que la propre famille de Soudhamani ainsi que les villageois la rejetaient, les oiseaux et les autres animaux lui tinrent compagnie et devinrent ses fidèles amis. Ils lui apportaient de la nourriture et la servaient comme ils pouvaient.

Son père se souvient : «Si je regarde en arrière, je me sens si triste d’avoir tant fait souffrir Amma. Nous ne la comprenions pas. Tous ces signes de divinité, nous les interprétions de travers ou ne les reconnaissions pas. Nous étions complètement déroutés par son comportement. Elle n’était pas comme les autres enfants. »

Soudhamani se livra pendant des mois aux pratiques spirituelles les plus rigoureuses et les plus austères. Elle devint complètement indifférente aux besoins de son corps, se passant bien souvent de manger et de dormir. Tout son être brûlait d’amour pour la Mère divine. Elle embrassait la terre, étreignait les arbres, percevant en tout la Mère divine. Elle pleurait sous la caresse du vent, qu’elle ressentait comme celle de la Mère divine. Elle restait souvent plongée en samadhi (profonde méditation) pendant des heures et parfois des jours, sans manifester le moindre signe de conscience extérieure. La Mère divine apparut enfin à Soudhamani, dans toute Sa splendeur et Sa majesté. Seules les paroles d’Amma elle-même peuvent décrire ce qui s’ensuivit :  »Souriante, la Mère divine devint une masse de lumière et Se fondit en moi. Mon mental s’épanouit, baignant dans la lumière multicolore du Divin… » C’est ainsi que Soudhamani s’identifia totalement avec la Mère divine. Peu après, Elle réalisa l’Absolu sans forme et sans attribut. Le son primordial OM, la vibration qui existe dans tout l’univers, jaillissait spontanément de l’intérieur de son être et, pour citer ses propres paroles, elle réalisa que  » rien n’est différent de mon propre Soi sans forme, dans lequel l’univers entier existe comme une bulle minuscule. «  Soudhamani percevait maintenant tous les aspects du Divin en elle et pouvait les manifester à volonté.

 

http://www.ammafrance.org/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=2&Itemid=3

10342957_10152160378688302_437628966913663268_n

https://www.facebook.com/MataAmritanandamayi

« Efforçons-nous de vider l’intellect des pensées inutiles et de remplir notre cœur d’amour.
C’est la solution à toutes les souffrances et à la confusion générale de la société moderne »

Image de prévisualisation YouTube

10155896_10152041576648302_4009821799884037328_n

Présentation d’Amma:

Image de prévisualisation YouTube

10171204_10152042020333302_2296023987188976127_n

https://www.facebook.com/MataAmritanandamayi/timeline

« Plus vous donnez d’amour, plus votre cœur se remplit d’amour. L’amour est comme un fleuve sans fin. Donc, mes enfants, aimez-vous les uns les autres. »

LA Fée et le MAGICIEN

Classé dans : — susie @

Acte 1

LA Fée et le MAGICIEN 375305_190208374401420_1740668178_n-300x231

Tendre magicien enjoué

Je suis ta petite fée

Qui vient t’avouer un secret :

Avec naturel tu t’es imposé dans ma vie.

J’ai t’ai laissé faire, insouciante, ne me doutant pas de l’ampleur que prendrait mon attachement.

Petites attentions journalières…

Depuis plusieurs mois tu as évincé tous mes prétendants et fait fondre ma carapace d’acier.

Tu m’as couverte de talismans sacrés

Et je sais que tu veilles sur moi à travers eux.

Je les touche lorsque je me sens faible ou désorientée

Je ressens une force vive grâce aux vibrations positives injectées en eux.

Tu m’es bénéfique, à n’en point douter.

Mon magicien adoré

Je suis comme ensorcelée

Sommes-nous amis mon amour ?

Sommes-nous amoureux mon ami ?

Deux sentiments qu’un délicat tissu sépare.

Nous franchissons la barrière au gré de nos envies.

Parfois de solides confidents, parfois le corps empli d’un désir ardant.

Toujours présents l’un pour l’autre

Nous avançons main dans la main, le cœur vaillant.

Nos moments de partages sont uniques et précieux.

Les entraves que nous connaissons se terrent dans nos esprits.

Il y a des non-dits, des envies d’être ailleurs, ensemble, soudés, au grand jour.

Mais nous restons silencieux. De peur que tout s’arrête.

Il nous arrive d’en rire avec légèreté, masquant la réalité qui nous submerge

On se dit que cela passera, que le désir finira bien par s’évanouir.

Et si l’on ne pouvait plus, se passer l’un de l’autre ?

Mon ami, que ferions-nous alors ? Dis le moi,

Sinon nous aimer avec bruit et  fracas

Vois-tu, étrangement je ne cherche plus.

Je me sens bien, nourrie par ta bonté.

Si je t’écris tout ceci aujourd’hui

C’est pour te remercier

D’être là, dans ma vie

Continues à me soutenir

J’en ferai de même

Consolidons nos liens

Et ne nous blessons pas.

Mon ami

Mon magicien chéri

Tu me guéri

Petit à petit

Alors reste là

Ou viens plus près encore

Je t’ouvrirai toujours les bras

Tant que tu m’aimeras

_____________________________

Acte 2

melancolie-11439580ed-300x258

Mon tendre Magicien assassin

Quelque chose a changé…

Hier tu m’as touchée, au profond de mon âme.

Et j’ai réalisé que je ne pouvais plus lutter.

Je vais oser te l’écrire.

Je suis amoureuse de toi!

Mes gestes et mes pensées ne trompent pas.

Inutile de me voiler la face plus longtemps.

C’est trop bon, trop fort…

Nos caresses incandescentes me submergent d’émotions.

J’appréhende tes absences et espère nos retrouvailles.

Je m’inquiète de tes silences et guette tes mots doux…

Mon ami tu es devenu mon amour.

Je t’adore et je te crains.

Je suis à ta merci.

J’ai peur que tu disparaisses.

Que tu me mentes.

Que tu me trompes.

J’ai la gorge nouée et une boule à l’estomac.

Seul mon magicien pourrait faire redescendre la pression.

Je me sens tel  un animal blessé, à l’affut de la moindre traitrise de l’être que j’aime…

Avant que tu ne me fasses du mal sans l’avoir voulu, je te demande de m’aider mon ami.

Ta rencontre, contre toute attente, est source d’une joie immense.

Je l’avoue, comme j’en souffre, que j’aurais tant aimé être tienne, que tu me fasses un enfant, crier mon amour sans cette culpabilité et cette honte.

Partir en voyage avec toi, rencontrer ta famille, m’endormir contre ta peau et que tu sois là, dans ma vie, avec moi, tout simplement…

Tu me donnes de la force, fais en sorte je t’en prie de ne pas m’affaiblir aujourd’hui.

Veille avant tout sur notre amitié qui m’est si chère.

Tiens tes promesses ou n’en fais aucune.

Je te le demande : aide-moi à faire redescendre tout ce désir que j’ai pour toi.

Désenflammons-nous avant que je ne verse des torrents de larmes.

Ta peau, ton odeur, tes mains, ta bouche, tes yeux dans les miens…

On ne doit plus se toucher .

Par pitié, redeviens mon ami, mon tendre amour.

Je ne veux  pas refaire la même erreur

Je me battrai contre mon cœur

J’écouterai ma raison cette fois.

Je ne veux pas attendre.

Je ne veux pas espérer.

Je ne veux pas souffrir.

Je veux être libre….

Plus de compromis,

Plus de sacrifices pour quelques heures de bonheur volé.

Oui  j’ai peur que tu m’abandonne. Toi aussi.

Que tu me dépossède de tout, pour me trahir.

Je ne veux pas te perdre.

Je t’aime trop pour te perdre.

Prends soin de nous.

Parce que j’essaie là de briser cet inexorable élan..

Aide-moi. Mais surtout ne me lâche pas la main !!!

Ne me désire plus

Je t’en prie

Mais reste présent

Dans ma vie…

Susie

Sia- Breathe me

Image de prévisualisation YouTube

La Fée et le Magicien

Classé dans : LIVRES/POESIE,MES ECRITS,POESIE — susie @

 

Acte 1

La Fée et le Magicien dans LIVRES/POESIE 375305_190208374401420_1740668178_n-300x231

Tendre magicien enjoué

Je suis ta petite fée

Qui vient t’avouer un secret :

Avec naturel tu t’es imposé dans ma vie.

J’ai t’ai laissé faire, insouciante, ne me doutant pas de l’ampleur que prendrait mon attachement.

Petites attentions journalières…

Depuis plusieurs mois tu as évincé tous mes prétendants et fait fondre ma carapace d’acier.

Tu m’as couverte de talismans sacrés

Et je sais que tu veilles sur moi à travers eux.

Je les touche lorsque je me sens faible ou désorientée

Je ressens une force vive grâce aux vibrations positives injectées en eux.

Tu m’es bénéfique, à n’en point douter.

Mon magicien adoré

Je suis comme ensorcelée

Sommes-nous amis mon amour ?

Sommes-nous amoureux mon ami ?

Deux sentiments qu’un délicat tissu sépare.

Nous franchissons la barrière au gré de nos envies.

Parfois de solides confidents, parfois le corps empli d’un désir ardant.

Toujours présents l’un pour l’autre

Nous avançons main dans la main, le cœur vaillant.

Nos moments de partages sont uniques et précieux.

Les entraves que nous connaissons se terrent dans nos esprits.

Il y a des non-dits, des envies d’être ailleurs, ensemble, soudés, au grand jour.

Mais nous restons silencieux. De peur que tout s’arrête.

Il nous arrive d’en rire avec légèreté, masquant la réalité qui nous submerge

On se dit que cela passera, que le désir finira bien par s’évanouir.

Et si l’on ne pouvait plus, se passer l’un de l’autre ?

Mon ami, que ferions-nous alors ? Dis le moi,

Sinon nous aimer avec bruit et  fracas

Vois-tu, étrangement je ne cherche plus.

Je me sens bien, nourrie par ta bonté.

Si je t’écris tout ceci aujourd’hui

C’est pour te remercier

D’être là, dans ma vie

Continues à me soutenir

J’en ferai de même

Consolidons nos liens

Et ne nous blessons pas.

Mon ami

Mon magicien chéri

Tu me guéri

Petit à petit

Alors reste là

Ou viens plus près encore

Je t’ouvrirai toujours les bras

Tant que tu m’aimeras

davidholovers-231x300 dans MES ECRITS

_____________________________

Acte 2

melancolie-11439580ed-300x258 dans POESIE

Mon tendre Magicien assassin

Quelque chose a changé…

Hier tu m’as touchée, au profond de mon âme.

Et j’ai réalisé que je ne pouvais plus lutter.

Je vais oser te l’écrire.

Je suis amoureuse de toi!

Mes gestes et mes pensées ne trompent pas.

Inutile de me voiler la face plus longtemps.

C’est trop bon, trop fort…

Nos caresses incandescentes me submergent d’émotions.

J’appréhende tes absences et espère nos retrouvailles.

Je m’inquiète de tes silences et guette tes mots doux…

Mon ami tu es devenu mon amour.

Je t’adore et je te crains.

Je suis à ta merci.

J’ai peur que tu disparaisses.

Que tu me mentes.

Que tu me trompes.

J’ai la gorge nouée et une boule à l’estomac.

Seul mon magicien pourrait faire redescendre la pression.

Je me sens tel  un animal blessé, à l’affut de la moindre traitrise de l’être que j’aime…

Avant que tu ne me fasses du mal sans l’avoir voulu, je te demande de m’aider mon ami.

Ta rencontre, contre toute attente, est source d’une joie immense.

Je l’avoue, comme j’en souffre, que j’aurais tant aimé être tienne, que tu me fasses un enfant, crier mon amour sans cette culpabilité et cette honte.

Partir en voyage avec toi, rencontrer ta famille, m’endormir contre ta peau et que tu sois là, dans ma vie, avec moi, tout simplement…

Tu me donnes de la force, fais en sorte je t’en prie de ne pas m’affaiblir aujourd’hui.

Veille avant tout sur notre amitié qui m’est si chère.

Tiens tes promesses ou n’en fais aucune.

Je te le demande : aide-moi à faire redescendre tout ce désir que j’ai pour toi.

Désenflammons-nous avant que je ne verse des torrents de larmes.

Ta peau, ton odeur, tes mains, ta bouche, tes yeux dans les miens…

On ne doit plus se toucher .

Par pitié, redeviens mon ami, mon tendre amour.

Je ne veux  pas refaire la même erreur

Je me battrai contre mon cœur

J’écouterai ma raison cette fois.

Je ne veux pas attendre.

Je ne veux pas espérer.

Je ne veux pas souffrir.

Je veux être libre….

Plus de compromis,

Plus de sacrifices pour quelques heures de bonheur volé.

Oui  j’ai peur que tu m’abandonne. Toi aussi.

Que tu me dépossède de tout, pour me trahir.

Je ne veux pas te perdre.

Je t’aime trop pour te perdre.

Prends soin de nous.

Parce que j’essaie là de briser cet inexorable élan..

Aide-moi. Mais surtout ne me lâche pas la main !!!

Ne me désire plus

Je t’en prie

Mais reste présent

Dans ma vie…

 

Susanna Massa

 

Mon Roi

Classé dans : MES ECRITS,POESIE,Qui suis-je? — susie @

Mon cœur a éclaté.

Je suis tombée à genoux

Devant sa majesté

Mon jeune roi

Mon ange-gardien

Il y a la profondeur de l’océan dans tes yeux

Tu m’enveloppes de tes bras

Et je n’ai plus peur de rien

Car ta lumière guide mes pas

Ce que je ressens pour toi ne s’explique pas.

Colline ou montagne

Juive, chrétienne ou bouddhiste

Mon âme t’aime

C’est ma réalité

Aussi absurde soit-elle

Mon tendre elfe adoré

Ton nom est un psaume sacré que je récite à l’infini

Mon amour

Tu es si loin

Et pourtant je sens ta présence chaque jour

Malgré nos différences et nos obligations

Nous demeurons accrochés l’un à l’autre

Nous avons maintes fois essayé

De ne plus y penser

De laisser le désir s’apaiser

Mais rien n’y fait

Nous continuons à nous aimer

Du bout des lèvres

Du bout des doigts

Toi et moi

Toi en moi

Mon ange

Mon roi

Nos odeurs se mélangent

Et nos peaux sont sublimées

Un torrent d’amour parcourt le mien

Lorsqu’au tien il se donne sans retenue

Tu me nourris toujours autant

Rien n’a changé

Depuis notre première étreinte

Je t’ai laissé me quitter

Puis t’ai permis de revenir

Impuissante face à mon cœur

Je t’ai encore laissé t’abreuver

De tout l’amour que je te portais

Je suis amoureuse de sa majesté

Tu auras beau me rejeter, m’oublier

Disparaître à jamais

J’accepte la torture que tu m’inflige

J’accepte l’attente inouïe

J’accepte ce que tu es et ton éternelle dualité

Je te pardonne tout d’avance

Parce que je te crois sincère

Je ne veux personne à part toi

Dans mes chimères

Dans ma solitude

Dans ce lit froid

Dans mon désespoir.

Tu es mon amour impossible

Tu es mon secret

Tu es ma lumière

Dans ce monde en ruines

Dans ma déchirure

Tu es divin

Tu as le goût du sublime

Ton aura mystique me protège

Nourris-moi de miel sacré

Guide-moi vers le meilleur

Bénis-moi de ta présence.

Pardonne moi encore

D’être ton esclave, à genoux

Devant toi…

Mon roi

 Susanna Massa

Mon Roi dans MES ECRITS 154864_471951871305_705816305_5560514_3999930_n-300x233

MON ROI

Classé dans : — susie @

Mon cœur a éclaté.

Je suis tombée à genoux

Devant sa majesté

Mon jeune roi

Mon ange-gardien

Il y a la profondeur de l’océan dans tes yeux

Tu m’enveloppes de tes bras

Et je n’ai plus peur de rien

Car ta lumière guide mes pas

Ce que je ressens pour toi ne s’explique pas.

Colline ou montagne

Juive, chrétienne ou bouddhiste

Mon âme t’aime

C’est ma réalité

Aussi absurde soit-elle

Mon tendre elfe adoré

Ton nom est un psaume sacré que je récite à l’infini

Mon amour

Tu es si loin

Et pourtant je sens ta présence chaque jour

Malgré nos différences et nos obligations

Nous demeurons accrochés l’un à l’autre

Nous avons maintes fois essayé

De ne plus y penser

De laisser le désir s’apaiser

Mais rien n’y fait

Nous continuons à nous aimer

Du bout des lèvres

Du bout des doigts

Toi et moi

Toi en moi

Mon ange

Mon roi

Nos odeurs se mélangent

Et nos peaux sont sublimées

Un torrent d’amour parcourt le mien

Lorsqu’au tien il se donne sans retenue

Tu me nourris toujours autant

Rien n’a changé

Depuis notre première étreinte

Je t’ai laissé me quitter

Puis t’ai permis de revenir

Impuissante face à mon cœur

Je t’ai encore laissé t’abreuver

De tout l’amour que je te portais

Je suis amoureuse de sa majesté

Tu auras beau me rejeter, m’oublier

Disparaître à jamais

J’accepte la torture que tu m’inflige

J’accepte l’attente inouïe

J’accepte ce que tu es et ton éternelle dualité

Je te pardonne tout d’avance

Parce que je te crois sincère

Je ne veux personne à part toi

Dans mes chimères

Dans ma solitude

Dans ce lit froid

Dans mon désespoir.

Tu es mon amour impossible

Tu es mon secret

Tu es ma lumière

Dans ce monde en ruines

Dans ma déchirure

Tu es divin

Tu as le goût du sublime

Ton aura mystique me protège

Nourris-moi de miel sacré

Guide-moi vers le meilleur

Bénis-moi de ta présence.

Pardonne moi encore

D’être ton esclave, à genoux

Devant toi…

Mon roi

Susie

 

DECLARATION D’AMOUR

Classé dans : — susie @

 

DECLARATION D'AMOUR nstone-afterDrknssLight-L-220x300

Ta tendresse est ma bénédiction

Tes bras des ailes d’ange

Tes lèvres du miel onctueux

Ton aura recèle mille couleurs chatoyantes

Tu égaies mes journées lorsque je te lis au réveil

Tu ensorcelles mes nuits lorsque je ne rêve que de ton corps

Ta délicatesse me touche à l’infini et tes regards m’embaument de douceur

Tu m’as nommée colline mon amour ?

Et bien saches que ta colline secrète refleurie grâce à tes petits pas feutrés

Prolonge donc cette belle ballade et assieds toi

en attendant de rejoindre cette imposante montagne au loin

Ferme les yeux et écoute ton cœur..

Ne dis plus rien

Aime moi en silence

Demeurons cachés et serre moi fort

Remplie moi d’amour

Reste là

Quelques heures encore

Tu disparais puis apparais

Comme un phare dans l’océan de ma solitude

Ta lueur me guide lorsque je ressens le froid et appréhende l’abîme

Moi…petit navire meurtri par les innombrables chocs d’amours perdus…

Je ressens à nouveau la vie en moi..

Maintenant que je sais

Que tu existes ici bas..

Susie

Déclarartion d’amour

Classé dans : LIVRES/POESIE,MES ECRITS,POESIE,Qui suis-je? — susie @

Déclarartion d'amour dans LIVRES/POESIE nstone-afterDrknssLight-L-220x300

Ta tendresse est ma bénédiction

Tes bras des ailes d’ange

Tes lèvres du miel onctueux

Ton aura recèle mille couleurs chatoyantes

Tu égaies mes journées lorsque je te lis au réveil

Tu ensorcelles mes nuits lorsque je ne rêve que de ton corps

Ta délicatesse me touche à l’infini et tes regards m’embaument de douceur

Tu m’as nommée colline mon amour ?

Et bien saches que ta colline secrète refleurie grâce à tes petits pas feutrés

Prolonge donc cette belle ballade et assieds toi

en attendant de rejoindre cette imposante montagne au loin

Ferme les yeux et écoute ton cœur..

Ne dis plus rien

Aime moi en silence

Demeurons cachés et serre moi fort

Remplie moi d’amour

Reste là

Quelques heures encore

Tu disparais puis apparais

Comme un phare dans l’océan de ma solitude

Ta lueur me guide lorsque je ressens le froid et appréhende l’abîme

Moi…petit navire meurtri par les innombrables chocs d’amours perdus…

Je ressens à nouveau la vie en moi..

Maintenant que je sais

Que tu existes ici bas..

Susanna Massa

Réveillon

Classé dans : LIVRES/POESIE,MES ECRITS,POESIE,Qui suis-je? — susie @

Réveillon dans LIVRES/POESIE jfbrumecimetire-300x300 

1er réveillon où je fus seule…

Ma chienne est partie et je n’étais pas là pour lui dire aurevoir

nous ne nous verrons plus sur cette terre

elle ne viendra plus me lécher la main pour apaiser mes angoisses

elle ne m’apportera plus cette balle abîmée qu’elle aimait chercher au loin

elle ne s’endormira plus à côté de moi…

Sa patte sur mon bras, me réclamant inlassablement des caresses

 

l’homme que j’aimais m’a abandonnée.

Il a disparu…Sans remords ni excuses

Il n’a jamais existé

Et pourtant je l’ai tant aimé…

 

Enfant unique je suis

sans frères et sœurs

avec qui jouer dans la chambre

avec qui partager ce lourd secret de famille

qui empoisonne mon existence..

 

Femme seule…

sans enfant,

à qui donner le sein et tout l’amour que je porte en moi

 

Des amis m’ont invitée à les rejoindre, peinés par ma solitude en ce soir de partage.

J’ai poliment refusé. Les voir réunis, avec leurs bambins et des espoirs plein les yeux.

Je ne pouvais résolument pas..être éclaboussée par tant de bonheur..

 

les prétendants ont sonné à la porte de mes rêves

mais muette je suis demeurée

et me suis mise à genoux devant un ange qui me rejette sans relâche

et préfère piétiner mon amour inconditionnel pour un livre aux lois intransigeantes

 

Ma chère douleur est restée, elle.

Souriante et complice.

Et m’a offert des larmes puissantes.

Mes yeux en sont épuisés

 

Je suis à présent réveillée

Ma douleur est partie

Laissant place au chaos

Inexorablement

Je suis vide

Susanna Massa

1234
 

Petit Art |
mon grenier que j'aime |
GD LA PALETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
| KOUT'fil New-Look
| TCHOLLE AND CO