SUSIE

Bienvenue dans mon monde

Almodovar

Classé dans : FILMS / SERIES — susie @

almodovarsm.jpg

Né le 25 Septembre 1949 à Calzada de Calatrava (Espagne)

Après avoir passé ses premières années à Calzada de Calatrava, Pedro Almodovar déménage avec ses parents à l’âge de 8 ans en Estrémadure. Il y étudie chez les Pères Salésiens et chez les Fransiscains. Pour se détendre et sortir du carcan stricte et religieux de cette éducation, il fréquente assidument les salles obscures.A 16 ans, il part pour Madrid seul, sans argent. Pedro Almodovar veut y apprendre le cinéma mais l’Ecole officielle du cinéma vient de fermer sur ordre de Franco. Après plusieurs petits boulots, il décroche un emploi de bureau à la Compagnie nationale de téléphone espagnole où il reste douze ans. Parallèlement, il écrit des scénarios, tourne, de 1974 à 1979, des courts-métrages en Super 8, joue au théâtre au sein de la troupe indépendante « Los Goliardos » et fonde un groupe punk-rock parodique « Almodovar y McNamara ».Avec l’arrivée de la démocratie en Espagne, il sort Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier. Alors que le mouvement culturel la Movida se développe, il tourne Le Labyrinthe des passions et Matador qui révèlent Antonio Banderas. Baroque, adepte du kitsch et de la parodie, le cinéaste se fait un nom au-delà des frontières espagnoles avec Femmes au bord de la crise de nerfs. Il s’attache à des acteurs dont Victoria Abril, héroïne de Kika, Attache-moi ! ou encore Talons aiguilles. Déjà scénariste et réalisateur, il a plus d’une corde à son arc. Avec Le Labyrinthe des passions (1982), il prouve qu’il peut être omniprésent sur un projet en enfilant les costumes de producteur, chef décorateur et compositeur. Il lui arrive même de faire quelques apparitions hitchcockiennes dans certains de ses films, comme La Loi du désir. En 1992, il fait ses premiers pas sur la croisette en devenant l’un des membres du jury du Festival de Cannes.Avec Tout sur ma mère, Pedro Almodovar rafle un nombre impressionnant de prix : Prix de la mise en scène à Cannes, Oscar et César du Meilleur film étranger, Golden Globe ou encore sept Goya. Trois ans après, le même sort lui est réservé avec Parle avec elle, et mieux encore : Oscar du Meilleur scénario, cinq prix EFA, deux BAFTA, le Nastro d’Argento, le César et beaucoup d’autres prix partout dans le monde… sauf en Espagne. La Mauvaise éducation, présenté en ouverture du Festival de Cannes 2004, film intimiste rappelant l’adolescence du réalisateur chez les Franciscains, permet de voir naître un nouveau talent en la personne de Gael Garcia Bernal. La même année, Almodovar reprend la casquette de producteur exécutif pour le film, prochainement sur les écrans français, d’Isabel Coixet, The Secret life of words. Pour sa nouvelle comédie dramatique, Volver, portrait de trois générations de femmes au sein de la classe ouvrière, il retrouve certaines de ses égéries : Penélope Cruz, Carmen Maura ou encore Lola Duenas.

attachemoi.jpg   Attache-moi (1990)

avec  victoriaabril.jpg  Victoria Abril et banderasantonio320x240.jpg Antonio Banderas

talonsaiguilles.jpgTalons aiguilles (1992)

avec Victoria Abril et marisaparedes.jpgMarisa Paredes

ttsurmamere.jpgTout sur ma mère (1999) avec  Marisa Paredes

Manuela, infirmiere, vit seule avec son fils Esteban, passionne de litterature. Pour l’anniversaire de Manuela, Esteban l’invite au theatre ou ils vont voir « Un tramway nomme desir ». A la sortie, Manuela raconte a son fils qu’elle a interprete cette piece face a son pere dans le role de Kowalsky. C’est la premiere fois qu’Esteban, bouleverse, entend parler de son pere. C’est alors qu’il est renverse par une voiture. Folle de douleur, Manuela part a la recherche de l’homme qu’elle a aime, le pere de son fils. Cesar et oscar 2000 du meilleur film etranger.

 

enchair.jpg En chair et en os (1997) 

avec javierbardempersonnalitelarge.jpg Ravier Bardem et  francescanvespa585440400.jpgFrancesca Neri

Victor Plaza vit une nuit d’amour avec Elena, qu’il vient de rencontrer. Mais, lorsqu’il se présente chez elle quelques jours après leur brève rencontre, ce n’est pas lui qu’Elena attend mais son dealer. L’intrusion de deux policiers au sang chaud dans leur histoire complique la situation, au point de bouleverser la vie de chacun.

volver.jpg VOLVER (2006) 

 avec  Penelope Cruz penelopecruzpicture6.jpg et

 maura.jpg Carmen Maura

Madrid et les quartiers effervescents de la classe ouvrière, où les immigrés des différentes provinces espagnoles partagent leurs rêves, leur vie et leur fortune avec une multitude d’ethnies étrangères.
Au sein de cette trame sociale, trois générations de femmes survivent au vent, au feu, et même à la mort, grâce à leur bonté, à leur audace et à une vitalité sans limites.

John Irving

Classé dans : LIVRES/POESIE — susie @

irving.jpg 

Né à Nouvelle-Angleterre le 02 mars 1942
Après une enfance passée aux côtés de sa grand-mère dans le New Hampshire, John Irving qui n’a jamais connu son père, comme ses personnages de fiction Garp et Homer Wells, passe le début de son adolescence dans le logement de fonction de son beau-père qui enseigne le russe. Souffrant de dyslexie et d’une très mauvaise orthographe, il fait des études médiocres. Passionné de lutte, il choisit son université en fonction des cours de sport. Mais il s’intéresse vivement à l’atelier de création littéraire, et sa vocation d’écrivain s’affirme progressivement. En 1963, il obtient une bourse d’étude pour aller passer un an à Vienne. Très marqué par ce séjour, c’est dans cette ville qu’il puise la matière de son premier roman, ‘Liberté pour les ours’. Il ne peut vivre de son écriture qu’après la publication de son ouvrage ‘Le Monde selon Garp’ et se consacre depuis lors entièrement à l’écriture. Suit ‘L’Oeuvre de Dieu, la part du diable’ en 2000. En 2006, il publie un autre roman psychologique, ‘Je te retrouverai’.

LIVRES A DEVORER / FILMS A VOIR:

   Le monde selon Garp    lemondeselongarplefilm.jpg réalisé par George Roy Hill (avec Robbin Williams)-1982

 

 L’Hôtel New Hampshire        hotelnewhampshire.jpg réalisé par Tony Richardson (avec Rob Lowe,Jodie Foster)-1984

 

 

   L’oeuvre de Dieu, la part du Diable loeuvre2.jpg réalisé par Lasse Hallstöm(avec Tobey Maguire)-2000

 

MON LIVRE COUP DE COEUR:

 Une prière pour Owen

Agé de onze ans, Owen en parait six à peine. Mais sa frêle enveloppe dissimule une volonté de fer, une foi absolue et la conviction profonde qu’il est « l’instrument de Dieu »…

Howard Buten

Classé dans : LIVRES/POESIE — susie @

bubutenportrait.jpg

Howard Buten  .

Né dans le Michigan,Detroit en 1950 mais excellent francophone, Howard Buten est tour à tour : clown, psychologue, danseur, musicien et romancier…C’est un psychologue clinicien et un écrivain américain, il s’interesse au monde des enfants autistes

images3.jpg

Son activité artistique s’est dévoilé par la création du clown Buffo : Ce personnage de clown muet rappelant vaguement le personnage que cré autrefois le mime Marceau s’est construit au fil des années. Buffo fut créé en 1973 aux États-Unis, par des improvisations jouées en public.

Quand j’avais 5 ans je m’ai tué

Jessica…voilà le nom qui revient sans cesse dans la tête de Gilbert surnommé Gil, un petit garçon de 8 ans renfermé sur lui-même. Il vit le monde comme un rêve, seul dans son silence. Il a sans doute vécu de trop grands sentiments. À cause de cela, Gil se retrouve dans une maison spécialisée, appelée « Home d’enfants les Pâquerettes ». Là, Gil est délaissé par tout le monde sauf par le médecin et l’infirmière qui s’occupent de lui. Un jour, sa vie a basculé, car les adultes n’ont pas su comprendre son amour et l’ont transformé en un acte sordide.

  Film « Quand j’avais 5 ans je m’ai tué » de Jean -Claude Sussfeld (1994)
 

 Le coeur sous un rouleau compresseur (la suite de Quand j’avais 5 ans…)

« Une semaine plus tard j’ai reçu une lettre ré-expédiée par mes parents.
Cher Gil,
je ne peux expliquer pourquoi. je l’ignore moi-même. Mais je suis utile, ici. je fais des choses utiles. Laisse-moi vivre ma vie. je suis en sûreté dans cette existence et, d’une certaine façon, j’aime mon mari. Crois que je t’aimerai toujours.
Jessica
Je l’ai déchirée en mille morceaux que j’ai lancés à travers la pièce. Je les ai regardés tourbillonner jusqu’au plancher comme un vol de feuilles mortes. Et puis je me suis jeté à quatre pattes pour les ramasser et les tenir longtemps, long-temps dans ma main. Et puis je les ai mis dans la bouilloire et je les ai fait bouillir jusqu’à ce qu’ils soient entièrement dissous. J’ai emporté cette eau dans la salle de bains et je l’ai versée dans la baignoire.
J’y suis resté assis pendant une heure. Et puis j’ai mis une cravate et je suis allé voir un psychiatre. »Une semaine plus tard j’ai reçu une lettre ré-expédiée par mes parents.
Cher Gil,
je ne peux expliquer pourquoi. je l’ignore moi-même. Mais je suis utile, ici. je fais des choses utiles. Laisse-moi vivre ma vie. je suis en sûreté dans cette existence et, d’une certaine façon, j’aime mon mari. Crois que je t’aimerai toujours.
Jessica
Je l’ai déchirée en mille morceaux que j’ai lancés à travers la pièce. Je les ai regardés tourbillonner jusqu’au plancher comme un vol de feuilles mortes. Et puis je me suis jeté à quatre pattes pour les ramasser et les tenir longtemps, long-temps dans ma main. Et puis je les ai mis dans la bouilloire et je les ai fait bouillir jusqu’à ce qu’ils soient entièrement dissous. J’ai emporté cette eau dans la salle de bains et je l’ai versée dans la baignoire.
J’y suis resté assis pendant une heure. Et puis j’ai mis une cravate et je suis allé voir un psychiatre. »

   MOnsieur Butterfly        

  Quand est-ce qu’on arrive?

Erotisme et passion

Classé dans : FILMS / SERIES — susie @

kamasutraaff.jpg

KAMA SUTRA de Mira Nair

Amies durant toute leur jeunesse, la servante Maya et la princesse Tara deviennent, à l’âge adulte, de farouches rivales. Tara, jalouse de la sensualité ardente de Maya, ne cesse de l’humilier : la servante trouve finalement une occasion de se venger : elle séduit de futur époux de Tara la veille même de son mariage ! Bannie du palais, Maya est recueillie par un sculteur, Jai, qui la présente à Rasa Devi, la « princesse de la sensualité » ; elle l’initie au Kama Sutra, l’art amoureux…

 

amour interdit, film interdit…

Classé dans : FILMS / SERIES — susie @

fire3d.jpg

  Fire est un film indien de Deepa Mehta sorti en 1998. Il aborde le thème de l’homosexualité féminine en Inde.

 Le film a été violemment critiqué en Inde. Ses opposants lui ont entre autres reproché son approche de l’érotisme entre femmes, contraire à la religion hindouiste, et considéré comme provenant d’une culture étrangère. De nombreuses salles ont été attaquées lors de la projection du film. Ce dernier a été interdit à Singapour et au Kenya. Fire est cependant ressorti en 1999 sans être censuré, et on considère qu’il a rendu visibles les lesbiennes en Inde.

Fire est le premier volet d’une trilogie poursuivie avec Earth (1998) et Water (2005).

A New Delhi, Radha, mariée à Ashok, doit s’occuper de sa belle-mère handicapée, Biji. Mais Ashok décide de renoncer à toute vie sexuelle et ne touche plus Radha.

Le frère d’Ashok, Jatin, épouse la jeune Sita lors d’un mariage arrangé, mais il aime en secret une Chinoise. Délaissées par leur époux, Radha et Sita vont se rapprocher de plus en plus.

deepamehta.jpg

Biographie de Deepa Mehta,née en 1950

(Réalisatrice, scénariste et productrice indienne)

Avec un père distributeur de films et propriétaire de nombreuses salles de cinéma, Deepa Mehta voit des centaines de longs métrages. Pourtant, à l’époque, elle ne pense pas devenir cinéaste. Titulaire d’un diplôme en philosophie de l’Université de New Delhi, elle travaille au Canada dans une compagnie de films documentaires et éducatifs pour le gouvernement indien. Elle y rencontre son futur mari, Paul Saltzman, jeune cinéaste canadien avec lequel elle déménage à Toronto en 1973. Le couple, avec Dilip, le frère de Deepa, fonde ‘Sunrise Films’, pour produire des documentaires et des films pour la télévision. En 1985, le documentaire qu’elle réalise sur son frère ‘Travelling light’ lui vaut des nominations dans des festivals. En 1988, elle remporte le prix du meilleur long métrage au festival International du film de Florence avec ‘Martha, Ruth and Edie’, qu’elle produit et co-dirige. Le succès est en marche, elle enchaîne les tournages, et maintenant divorcée, en 1995, s’attaque au premier épisode d’une trilogie puissante et controversée, ‘Fire’. Les épisodes suivants, ‘Earth’ (1998) et ‘Water’ (2000) , déchaînent les passions, à tel point que le tournage, en Inde, de ‘Water’ ne sera jamais achevé, car sa trilogie évoque l’Inde, ses us et ses coutumes, ce qui ne convient pas aux fondamentalistes hindous. Deepa Mehta, cinéaste courageuse et audacieuse, a réalisé ‘Bollywood/Hollywood’ en 2002 et en 2004 ‘The Republic of love’.

GANDHI

Classé dans : AMOUR/Ghandi — susie @

250pxgandhi.jpg

Mohandas Karamchand Gandhi (en Gujarâtî: મોહનદાસ કરમચંદ ગાંધી; romanisé: mohandās karamcaṃd gāndhī (Porbandar, Goujerat, 2 octobre 1869Delhi, 30 janvier 1948) était un grand dirigeant politique et spirituel de l’Inde, et du mouvement d’indépendance indien. Il a été un pionnier et un théoricien du Satyagraha— la résistance à la tyrannie au travers de la désobéissance civile de masse, le tout fondé sur l’ahimsa (totale non-violence), qui a mené l’Inde à l’indépendance, et inspiré de nombreux mouvements de liberté et de droit civique autour du monde.

Gandhi est communément connu et appelé en Inde et dans le monde comme Mahatma Gandhi (du Sanskrit, Mahatma: grande âme) et comme Bapu (Père dans beaucoup de langues de l’Inde). Gandhi déclarait se sentir indigne du nom Mahatma dans son autobiographie.

Avocat ayant fait ses études en Angleterre, Gandhi employa pour la première fois ses idées de désobéissance civile pacifique dans la lutte de la communauté indienne pour ses droits civils en Afrique du sud.

À son retour en Inde, Gandhi organisa les fermiers et les travailleurs pauvres pour protester contre les taxes écrasantes et la discrimination étendue et porta en avant sur la scène nationale la lutte contre les lois oppressantes créées par les britanniques. Devenu le dirigeant du Congrès national indien, Gandhi mena une campagne nationale pour l’aide aux pauvres, pour la libération des femmes indiennes, pour la fraternité entre les communautés de différentes religions ou ethnies, pour une fin de l’intouchabilité et de la discrimination des castes, et pour l’autosuffisance économique de la nation, mais surtout pour le Swaraj — l’indépendance de l’Inde de toute domination étrangère. Gandhi mena les Indiens lors de la célèbre opposition à la taxe sur le sel que fut la marche du sel de 400 km en 1930, c’est aussi lui qui lança son appel du Quit India aux britanniques en 1942. Il fut emprisonné de nombreuses années en Afrique du sud et en Inde pour son activisme.Il passa en tout, 6 ans de sa vie en prison.

Toute sa vie, Gandhi resta un partisan de la non-violence et de la vérité même dans les situations les plus extrêmes. Gandhi était un adepte de la philosophie indienne et vivait simplement, organisant un ashram qui était autosuffisant. Il faisait ses propres vêtements — le traditionnel dhoti indien et le châle, cousu avec un charkha (rouet) — et était végétarien.

Il utilisait de rigoureux jeûnes — s’abstenant de nourriture et d’eau pour de longues périodes — pour s’auto-purifier mais aussi comme moyen de protestation. La vie et l’enseignement de Gandhi inspirèrent Martin Luther King, Steve Biko et Aung San Suu Kyi pour respectivement le mouvement des droits civils américains et les luttes pour la liberté en Afrique du sud et au Myanmar. Ses critiques envers beaucoup d’aspects de la modernité occidentale (tel que la technologie et l’industrialisation) lui valurent aussi la réputation de critique du développement dont les idées ont influencé beaucoup de penseurs politiques.

Gandhi a été reconnu comme le Père de la Nation en Inde et son anniversaire le 2 octobre est commémoré comme le ‘Gandhi Jayanti et est un jour férié indien.

ghandi3.bmp

SA PENSEE:

Gandhi était pour la non-violence. Il pensait que la violence ne servait à rien et ne pouvait mener qu’à initier une chaîne continue de vengeance, et la vengeance n’était pas ce qu’il voulait comme résultats à ses combats passifs.

Gandhi puise une partie de son inspiration des écrits de Léon Tolstoï, qui, dans les années 1880 avait vécu une conversion profonde en une forme personnelle d’anarchisme chrétien, ce qui l’avait amené à concevoir un christianisme détaché du matérialisme et non-violent. Gandhi traduit « La Lettre à un Hindou » de Tolstoï, écrite en 1908 en réponse à la violence des nationalistes indiens, et tous deux correspondent jusqu’à la mort de Tolstoï en 1910. Certains pensent que sans Tolstoi, Gandhi n’aurait peut-être jamais été aussi déterminé à mener une action aussi non-violente qui fit sa gloire. Tolstoi lui-même s’était inspiré du Prophète Baha’i, Baha’U'llah, qui avait proné la non-violence totale, en somme la non-résistance. Gandhi sera également un grand admirateur de la foi Baha’ie. L’écrivain français Romain Rolland, connu pour son admiration pour la non-violence, a aussi été un ami proche de Gandhi, ils se sont notamment rencontrés en 1931. Le message de Baha’U'llah, de Tolstoi, de Gandhi, de Rolland sera repris par de nombreuses personnes comme Martin Luther King, Steve Biko, Nelson Mandela, Aang Saan Suu Kyi, Ibrahim Rugova.

ghandi.jpg

Soyez vous-même le changement que vous voulez voir dans le Monde « .

« Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours« .

« Chaque homme est responsable de sa religion ».

« Le bonheur c’est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles ».

 GHANDI ET MARTIN LUTHER KING de Marie-Agnès Combesque et Guy Deleury

Ils ont bien combattu pour nous, le mahatma Gandhi et Martin Luther King. Ils ont libéré l’Inde de l’impérialisme britannique et les Etats-Unis de la ségrégation raciale, devenant des figures emblématiques, des icônes. Face à des sociétés organisées et des establishments politiques prêts à tout pour conserver intacte leur puissance, ils ont su adopter une stratégie désarmante et inédite : la non-violence. Leurs assassins crurent faire taire leur voix ; ils ne la firent que mieux résonner aux oreilles de l’histoire.

 

gandhi288px.jpg

GANDHI de Richard Attenborough (1982)

 

 
Ben Kingsley, Candice Bergen, Edward Fox, John Gielgud, Trevor Howard, John Mills, Martin Sheen, Ian Charleson, Athol Fugard, Günther Maria Halmer, …

MERE THERESA

Classé dans : AMOUR/Mere Theresa — susie @

meretheresa2.jpg 

MERE THERESA

Née à Skopje le 27 août 1910
Décédée le 05 septembre 1997

Issue d’une famille albanaise de paysans catholiques, Mère Térèsa est éduquée dans le respect des traditions. Très jeune, elle est attirée par la vie en communauté religieuse, elle entre alors dans la confrérie de Notre-Dame de Lorette. L’Ordre l’envoie étudier d’abord à Dublin puis au Bengale où elle apprend la réalité de la vie quotidienne des missionnaires. Intronisée et soucieuse d’aider autrui, elle reste en Inde afin d’assister les enfants abandonnés et sous-alimentés, les sans-abri… C’est là qu’elle prend le nom de Mère Térèsa. Son dévouement inextinguible l’amène à prendre une décision des plus représentatives de son aspiration unique et légendaire : ‘se dévouer aux pauvres en vivant au milieu d’eux’. Avec l’autorisation du Vatican, elle fonde le nouvel ordre des ‘Soeurs missionnaires de la charité’. Vêtue d’une robe de coton blanc et d’un sari blanc bordé de bleu, Mère Térèsa s’avère être une des personnalités les plus considérées  ; ses oeuvres humanitaires et son ascétisme marquent les mémoires en dépit de son absence.

Mère Teresa


Ce  petit bout de femme ’ dirigeait 439 maisons, 700 écoles et des centaines de dispensaires dans tous les foyers de misère.

 

mothertheresasmile1.jpg

 PAROLES DE MERE THERESA:

«De bonnes paroles peuvent être brèves et faciles à dire mais leur écho est véritablement éternel.»

«Nous vivons au milieu d’une mer de pauvreté. Néanmoins on peut réduire cette mer. Notre travail n’est qu’une goutte dans un seau, mais cette goutte est nécessaire.»

«Ce qui compte ce n’est pas ce que l’on donne, mais l’amour avec lequel on donne.»

«Si vous ne pouvez pas nourrir cent personnes, nourrissez-en au moins une.»


« Nous réalisons que ce que nous accomplissons n’est qu’une goutte dans l’océan. Mais si cette goutte n’existait pas dans l’océan, elle manquerait.»

«Que pouvez-vous faire pour promouvoir la paix dans le monde ? Rentrer chez vous et aimer votre famille !»

Le manque d’amour est la plus grande pauvreté.»

«La vie est un défi Fais-lui face.»
 

«La vie est une béatitude Savoure-la.»
«Ce dont nous avons besoin est d’aimer sans nous épuiser…»

«Conquérons le monde avec notre amour. Entrelaçons nos vies, tissons-les des liens du sacrifice et de l’amour, il nous sera possible de conquérir le monde.»

Catherine Clément

Classé dans : LIVRES/POESIE — susie @

clement.jpg

Catherine Clément, philosophe et écrivain, est née le 10 février 1939 à Boulogne-Billancourt, dans une famille mi-catholique, mi-juive. Elle passe son enfance en quasi totalité sur les bords de la Loire avec sa grand-mère chrétienne, ce qu’elle raconte dans Maison mère (éditions Nil, 2006). La guerre l’a privée de ses grands parents juifs, dénoncés, déportés, assassinés à Auschwitz en mai 1944.Elle intègre l’Ecole Normale Supérieure en 1959 ; elle a pour répétiteurs (ceux qu’on surnomme caïmans à l’Ecole Normale) Michel Serres et Ferdinand Alquié. Agrégée de philosophie à l’âge de 22 ans, elle devient ensuite l’assistante de Vladimir Jankélévitch à la Sorbonne à 24 ans : au grade d’assistante, qui n’existe plus, les jeunes enseignants dirigeaient les travaux pratiques.

Sa rencontre avec Claude Lévi-Strauss, qui l’invite à décrypter un mythe africain devant son séminaire en 1962, l’influencera de manière décisive. Elle lui consacrera d’ailleurs son premier essai, publié en 1970, et l’un de ses derniers, le Que sais-je ? sur Claude Lévi-STrauss, paru en 2002.

A partir de 1959, elle suit le séminaire de Jacques Lacan, d’abord à l’hôpital Sainte-Anne, puis à L’Ecole Normale Supérieure et à l’Université de Paris I – Panthéon Sorbonne, et ce jusqu’à la fin. Membre de l’Ecole Freudienne à titre « profane », elle n’a jamais été psychanalyste.

Détachée au CNRS, elle prépare une thèse sur Le paradis perdu, qu’elle termine, mais que l’état de santé de Vladimir Jankélévitch, à la fin de sa vie, ne lui permettra pas de soutenir. Parallèlement, elle participe entre autres à des documentaires de télévision à l’O.R.T.F, aux côtés de Josée Dayan et Charles Brabant. En 1976, après 12 ans d’enseignement supérieur, elle demande un congé, horrifiée des conditions de travail dans les amphithéâtres. Fin 1976, elle entre au quotidien Le Matin de Paris comme chef de rubrique culture, chargée d’éditer les articles sur les livres, les expositions, le théâtre, la musique, à l’exception du cinéma ; elle est elle-même chargée de la critique des essais. Elle réalisera par ailleurs de grandes interviews, notamment le dernier entretien avec Jean-Paul Sartre, un entretien avec Claude Lévi-Strauss sur ses expériences japonaises, et le premier entretien de François Mitterrand au Matin de Paris.

En 1982, elle est nommée au Ministère des Relations Extérieures, à la tête de l’AFAA, chargée de la diffusion et de l’acueil de la culture française à l’étranger. Elle séjourne cinq années en Inde aux côtés de l’ambassadeur André Lewin, puis cinq ans en Autriche, et enfin trois ans au Sénégal (1996-1999).

A l’époque, quand elle part en Inde, elle a déjà publié cinq romans et huit essais. L’Inde lui inspirera ses plus grands succès, Pour l’amour de l’Inde (Flammarion, 1993) et Le Voyage de Théo (Seuil, 1998), et l’Inde ne cesse d’inspirer son travail. Elle est aujourd’hui par ailleurs membre du Forum franco-indien, organisme bilatéral officiel.

Depuis 2002, elle prépare et dirige l’Université populaire du quai Branly, qui se déroule dans le théâtre Claude Lévi-Strauss, au sein-même du musée du quai Branly.

Catherine Clément est Commandeur de l’Ordre National du Mérite et Chevalier de la Légion d’Honneur. Elle a un fils, né en 1961, et une fille, née en 1965. Elle est la sœur de Jérôme Clément, également auteur, et président d’Arte. Elle partage actuellement sa vie entre les bords de Loire et Paris.

MES TROIS PREFERES:

( à lire si on veut en apprendre plus sur les diverses religions de ce monde, sur l’Inde, Gandhi, ou la situation écologique actuelle, c’est romancé et donc très agréable à lire et en en ressort grandit…)

Le voyage de Theo         

           voyagee.jpg 

 Pour l’amour de l’Inde

amourdelinde.jpg

Le sang du monde

 sangdumonde.jpg

                                                                          

INDE

Classé dans : VOYAGE/INDE — susie @

nom officiel : l’Union indienne) est un pays situé dans le sud de l’Asie et occupe la majeure partie du sous-continent indien.Le nom du pays « Inde » est dérivé de la vieille version persane du mot Sindhu, une appellation locale du fleuve Indus (voir l’article détaillé sur l’origine du nom de l’Inde). Les textes officiels utilisent également le mot Bharat (mot hindi dérivé du nom sanskrit d’un roi hindou antique dont l’histoire peut être trouvée dans le Mahâbhârata). Un troisième nom, Hindustan , c’est-à-dire « terre des Hindous » en persan, est employé depuis la période de l’Empire moghol et est le plus usité aujourd’hui encore par la majorité des Indiens dans le langage courant.

L’Inde est le pays le plus peuplé du monde après la Chine. Elle reconnaît vingt-deux langues officielles dont le hindi (parlé dans le nord, la langue de l’administration centrale), le tamoul (parlé dans le sud) et l’anglais.

L’Inde a un littoral qui s’étend sur plus de sept mille kilomètres. Elle partage ses frontières avec le Pakistan à l’ouest, la République populaire de Chine, le Népal, et le Bhoutan au nord-est, le Bangladesh et le Myanmar à l’est. Sur l’océan Indien, elle est à proximité des îles de la République des Maldives au sud-ouest, du Sri Lanka au sud, et de l’Indonésie au sud-est. L’Inde réclame également une frontière avec l’Afghanistan au nord-ouest.

L’Inde est le foyer de civilisations parmi les plus anciennes, et un carrefour historique important des grandes routes commerciales. Quatre grandes religions ont vu le jour dans ce seul sous-continent : l’hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme et le sikhisme.

Autrefois, l’Inde constituait une partie importante de l’empire britannique (le Raj) avant d’obtenir son indépendance en 1947. Il est également important de noter la présence, à la même époque, de comptoirs français et portugais, sur le territoire indien qui leurs seront rétrocédés quelques années après l’indépendance.

Après plusieurs décennies de stagnation économique, le pays s’est beaucoup développé depuis une quinzaine d’années, en particulier grâce aux réformes lancées en 1991. L’Inde, déjà géant démographique et puissance régionale, est sans nul doute appelée à devenir une des grandes puissances du XXIe siècle, à l’instar de la Chine et aux côtés des États-Unis. Le 22 janvier 2007, une capsule spatiale inhabitée indienne réussit revient sur terre après une mission de 12 jours dans l’espace, ce qui marque un jalon scientifique et technique important pour le pays.

devdas2.jpgenfants.jpgn.jpg6.jpg

QUELQUES FILMS

gandhi1.jpg               GANDHI, à voir absolument!!!           

 

  city7.jpg 

LA CITE DE LA JOIE

d’apres le best-seller de Dominique LAPIERRE

INDE dans VOYAGE/INDE afte DEVDAS, magnifique…    

 sangam.jpg SANGAM mon préféré!

QUELQUES ACTEURS

    p.jpg   Amitabh Bachchan  

devdas.jpgAishwarya Rai  

  3.jpgShah Rukh Khan    

rajkapoor.jpg    Raj Kapoor , mon acteur préféré   

  vyjantimala2.jpg     Vyjantimala, mon actrice préférée   vyjantimala.jpg

 

A ECOUTER

lata.jpg

Lata Mangeshkar, une voix en OR…
(née en 1929)

Le play-back est l’un des éléments du cinéma indien traditionnel depuis les débuts du film parlant en Inde, symbolisé par le film ALAM ARA tourné en 1931. Personne ne s’offusque que les chansons et les dialogues soient dits par des voix différentes, ce qui confère une qualité irréelle au film. Les chanteurs de play-back sont si importants que leurs noms figurent en gros caractères aux génériques de début et de fin. Les bandes sonores avec les chansons des films sont mises en vente avant les sorties en cinéma, et sont souvent connues du public avant qu’il ne voie les films.

Lata Mangeshkar est la plus connue et la plus brillante des interprètes de play-back, dont le travail est aussi important que celui des acteurs. On peut l’entendre depuis 1947 dans d’innombrables films de Bollywood. On citera parmi ses derniers grands succès les chansons qu’elle a interprétées dans LAGAAN et KABHI KHUSHI KABHI GHAM. Mangeshkar et sa sœur Asha Bosle, qui est également une chanteuse célèbre, règnent sur Bollywood depuis cinquante ans, et ont plus de succès à leur palmarès que toutes les autres interprètes : elles en comptabilisent chacune 20 000, comme l’indique le Livre Guinness des Records.

A lire:

LA VINGTIEME EPOUSE-Indu Sundaresan
1577 : le roi Akbar, le plus visionnaire des souverains Moghols, a stabilisé les frontières de son empire, qui s’étend désormais de Bombay à Kandahar. Se pressent à sa cour, philosophes, savants, poètes, musiciens et artistes étrangers. Parmi eux se distingue un persan avisé, obligé de fuir son pays pour des raisons politiques. Sur le chemin de l’exil, sa dernière fille est venue au monde. Bravant les intrigues de palais et les complots, elle deviendra la vingtième épouse du prince héritier, celle qu’il chérira pardessus tout.
Avec ce premier roman, Indu Sundaresan nous offre une saga dans la plus pure tradition indienne : parfumée, fastueuse, épique et passionnée.

tajmahal.jpg

LE FESTIN DE ROSES- Indu Sundaresan

Nur Jahan. L’Impératrice dont la beauté éclipse l’éclat du soleil fascine ses sujets, inspire poèmes et ballades, déroute les courtisans… Au point qu’un jeune audacieux se risque à satisfaire un désir partagé par l’Inde tout entière : contempler enfin sa souveraine, dont l’époux, le Grand Moghol Jahangir, est seul libre d’admirer le visage. Afin de restaurer l’honneur bafoué de la femme qu’il adore, l’empereur dépouillera tous les rosiers d’Ispahan, et déposera à ses pieds des myriades de pétales chatoyants en gage d’amour éternel. Forte de cette passion, Nur Jahan ne craint plus personne. Cette fille de réfugié persan viole les traditions ancestrales, défait ses rivales et bannit de la salle du trône les conseillers qui ne l’acceptent pas… Mais la mort de son mari remet son pouvoir en cause. Désormais, elle ne peut plus gouverner. Elle va néanmoins s’acharner à conserver son influence au sein du palais. Et son meilleur atout sera sa nièce, pour qui un nouvel empereur, fou d’amour, érigera le légendaire Taj Mahal.

amourdelinde.jpg

POUR L’AMOUR DE L’INDE -Catherine Clément

1947. Lord Mountbatten est intronisé dernier vice-roi des Indes britanniques. A ses côtés, sa femme, la belle lady Edwina, et Nehru, fils spirituel du Mahatma Gandhi. Bientôt, la folie meurtrière des hommes ensanglante l’Inde. Au milieu de ce conflit dévastateur, deux êtres que tout sépare vont s’aimer… Entre la fantasque Edwina, fière Anglaise à la peau transparente, et le résistant Nehru, futur Premier ministre de l’Inde libre, est né un amour fou… Emportés dans la tourmente de l’Histoire, ils résistent à tous les obstacles. Pendant douze ans, ils s’écrivent chaque nuit, se retrouvent un mois par an. Jusqu’à la mort d’Edwina… Catherine Clément nous conte l’histoire magnifique de ce couple mythique devenu légendaire.

noces.jpg

 NOCES INDIENNES- Sharon MAAS

365penseesdemaitresdeinde01.jpg

L’Inde éternelle- Richard Waterstone

Tahar Ben Jelloun

Classé dans : LIVRES/POESIE — susie @

jelloun.jpg

Tahar Ben Jelloun (en arabe : طاهر بنجلون) est un écrivain et poète marocain de langue française né à Fès le 1er décembre 1944. Après avoir fréquenté une école primaire bilingue arabo-francophone, il a étudié au lycée français de Tanger à l’âge de dix-huit ans puis fit des études de philosophie à l’université Mohammed-V de Rabat où il écrivit ses premiers poèmes, recueillis dans Hommes sous linceul de silence (1971).

Il enseigna ensuite la philosophie au Maroc, mais dû partir pour la France en 1971 car l’enseignement de la philosophie fut arabisé, et il n’était pas formé pour cela. Il écrivit à de nombreuses reprises pour le quotidien Le Monde à partir de 1972. Il poursuivit par un doctorat d

  • L’Islam expliqué aux enfants, 2002
  • Amours sorcières, 2003
  • Le dernier ami, 2004
  • La belle au bois dormant, 2004                                                   
  • Partir, 2005 e psychiatrie sociale obtenu en 1975. Son écriture profita de son expérience de psychothérapeute (La Réclusion solitaire, 1976).
  • En 1985 il publia le roman L’Enfant de sable qui le rendit célèbre. Il a obtenu le prix Goncourt en 1987 pour La Nuit sacrée, une suite à L’Enfant de sable.

    Tahar Ben Jelloun vit actuellement à Paris avec sa femme et sa fille Mérième, pour qui il a écrit plusieurs ouvrages pédagogiques (Le Racisme expliqué à ma fille, 1997). Il est aujourd’hui régulièrement sollicité pour des interventions dans les écoles et collèges.

    Son œuvre a été traduite dans de nombreuses langues ; citons particulièrement L’Enfant de sable et La Nuit sacrée (43 langues) ainsi que Le Racisme expliqué à ma fille (25 langues dont l’espéranto). La plupart de ses livres ont été traduits en arabe, parfois avec des révisions par l’auteur lui-même.

    Tahar Ben Jelloun, l’écrivain francophone le plus traduit dans le monde

    Ainsi «L’Enfant de sable » (Seuil 1985) et « La Nuit sacrée » Prix Goncourt 1987 ont été traduits dans 43 langues dont, en dehors des langues européennes et de l’anglais, l’indonésien, le lithuanien, le vietnamien, le hindi, l’hébreu, le japonais, le coréen, le chinois, l’albanais, le slovène, l’arabe etc.

    « Le racisme expliqué à ma fille » qui est un best seller en France, Italie et Allemagne a été traduit dans 33 langues dont les trois langues principales d’Afrique du Sud (l’Afrikaan, le Siswati et l’Ixixhosa), le bosniaque et l’esperanto !
    Tahar Ben Jelloun a reçu le Prix IMPAC à Dublin en juin 2004 ; ce prix, décerné par un jury international après une sélection faite par 162 bibliothèques et librairies anglo-saxones a couronné le roman « Cette aveuglante absence de lumière », livre écrit à la demande et après un entretien avec un ancien prisonnier du bagne de Tazmamart au Maroc.

    MES PETITS PREFERES:

    Le Premier Amour Est Toujours Le DernierAmours sorcières

    L'Enfant de sable

    1...7475767778
     

    Petit Art |
    mon grenier que j'aime |
    GD LA PALETTE |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
    | KOUT'fil New-Look
    | TCHOLLE AND CO