SUSIE

Bienvenue dans mon monde

21 Chansons de Lisa Gerrard

Classé dans : Musique-4/ DCD — susie @
Image de prévisualisation YouTube

1. In Exile
2. See The Sun (With Pieter Bourke)
3. They Came To Die (Whale Rider OST)
4. The Host Of Seraphim
5. Wisdom (With Patrick Cassidy)
6. Sorrow (With Hans Zimmer) (The Gladiator OST)
7. Shadow Magnet
8. Pai Calls The Whales (Whale Rider OST)
9. Slow Dawn (With Patrick Cassidy)
10. Elegy (With Patrick Cassidy)
11. Space Weaver
12. Abwoon
13. Come Tenderness
14. Ariadne
15. Sanvean (I Am Your Shadow) (Live At Mayfair Theatre)
16. Amergins Invocation (With Patrick Cassidy)
17. The Valley Of The Moon
18. The Sea Whisperer
19. Rome Is The Light (With Hans Zimmer) (The Gladiator OST)
20. Elysium; Honor Him; Now We Are Free (With Hans Zimmer) (The Gladiator OST)
21. Figurines (Yan Ching by Lisa Gerrard) (The Gladiator OST)

Le chant sacré

Classé dans : MES ECRITS,Qui suis-je? — susie @

Image de prévisualisation YouTube

L’univers te réclame mon ami

Voyage loin savoure la Vie

Mais n’oublies jamais ceci :

C’est dans mon cœur que réside ta patrie.

 

Goûte et survole les verts pâturages.

Toi, Aigle majestueux sans âge

Puis… Reviens poser  tes yeux dans les miens

Et jouissons ensemble de ce festin

 

Permets-toi de m’aimer davantage

Je suis Déesse et tu es mon Mage

 

Regardons le soleil se coucher

Les ondines fredonnent ce refrain sacré

Au creux de mes reins tu deviens mien

Au creux de mes reins, tu m’appartiens

 

Nous sommes libres mon ami !!

Vie danse chante crie !!!

Mais garde ce fil je t’en  prie

Ce fil magique qui nous lie

 

Je suis multiple face à ton sourire

Déesse, Phénix peut-être pire…

Je te vénère car tu m’inspires

Je suis tienne quand je te respire

 

Aigle et Phénix se sont rencontrés.

Et saches que tu ne peux me dompter

Je suis ta déesse et toi mon guerrier

Tu es de braise et moi une terre sacrée.

Susanna Massa

1ymn3a

Musique: Air moon, Fever.

 

 

Le point G

Classé dans : MES ECRITS — susie @

IMG_20150224_174240

Prends moi Laisse moi viens retiens moi pousse toi que je te regarde ferme les yeux et sens mes mains tu aimes dis moi ? Tu me sens là ? Tu sais que j’ai faim ? J’en peux plus d’attendre regardes moi je salive déjà ton corps est mien je t’appartiens viens attends moi je jouis encore c’est dingue je suis volcan et toi ma lave. Ça déborde et coule. Reprends toi respire parlons un peu. Comme tu es drôle j’adore te voir rire on s’entend bien tu trouves pas mais attends tu fais quoi là ? Ah mais tu me rends dingue avec ces lèvres cette bouche ta langue nos baisers mais comment me retenir je salive j’ai faim je te boirais bien là devant tout ce monde de dégénérés. Je suis contre toi je respire te regarde encore puis ferme les yeux je suis bien mais tellement bien tu m’as manqué tu sais combien de vies pour revivre à nouveau juste ça. Inconnu tu crois? mais non on s’est maintes fois aimés toi et moi. À plusieurs reprises tu m’as prise comme ça de la même manière.. Et nous avons ri ensemble construit bâti une montagne de tendresse indestructible. Je te reconnais et t’aime déjà. C’est aussi simple que ça. Allez viens maintenant et prends moi avec toi. Rends moi ton beau sourire prends moi et regarde moi jouir.

Susanna Massa

Alibaba

Classé dans : Musique-2/ INDIENNES — susie @

Khatouba- 1980

Image de prévisualisation YouTube

ali baba marjina

Image de prévisualisation YouTube

Coach Erwan Entem

Classé dans : Decouverte-Artiste-Anniversaire — susie @

Un ami coach professionnel et compétent !

http://erwan-entem-coach.com/

https://www.facebook.com/erwan.entem.coach/

À TOUS CEUX QUI NE SONT PAS (ENCORE) VÉGANES

Classé dans : VEGAN — susie @

Extrait du superbe site: http://glamconscious.fr/lettre-ouverte-non-veganes/

 

LETTRE OUVERTE À TOUS CEUX QUI NE SONT PAS (ENCORE) VÉGANES
Exceptionnellement aujourd’hui je partage un texte qui n’est pas de moi et qui s’adresse aux personnes qui ne sont pas véganes. J’espère qu’elles prendront le temps de lire de texte écrit par Ju’ sur le blog le-vegan-debutant.over-blog.com.

N’hésitez pas à le partager massivement ! Si cela peut contribuer à changer ne serait-ce qu’une personne alors ça vaut la peine.

vache-pature

« L’un des regrets les mieux partagés chez les véganes est celui de ne pas avoir passé le cap du véganisme plus tôt. Ce texte est destiné à tous ceux qui ne sont pas véganes et qui ne se sentent pas forcément encore prêts à le devenir. J’aurais aimé lire ça il y a 10 ans, ça m’aurait permis de sauver plus de vies.

Salut toi !

Tu n’es pas végane et même pas végétarien, peut-être même que tu ne connais pas la signification du mot « végane ». Tu manges de la viande, du poisson, par goût peut-être mais aussi beaucoup par habitude. Parce que tu en as toujours mangé et que tu n’y as jamais vraiment réfléchi. Bien sûr tu es au courant que de plus en plus de personnes décident de ne plus manger d’animaux ou d’en manger moins. Tu en as peut-être dans ton entourage d’ailleurs. Mais sans trop savoir pourquoi, tu ne te sens pas vraiment concerné. Ton quotidien te donne suffisamment de soucis sur lesquels te pencher sans avoir besoin d’en rajouter !

Tu as suivi de loin les quelques scandales alimentaires qui ont été fortement médiatisés, la viande de cheval, tout ça. Bien sûr tu ne trouves pas ça bien, mais tu penses que c’est une conséquence malheureuse de plus du monde dans lequel on vit. À côté de ça, tu aimes les animaux, en tout cas c’est ce que tu te dis. Tu ne veux de mal à aucun d’entre eux, même si tu as une préférence pour les chiens, les chats, les rongeurs ou les chevaux. Tu penses que tu vis très bien comme ça. En fait tu te trompes mais tu ne le sais pas encore. Tu le découvriras le jour où tu prendras enfin la décision de ne plus manger d’animaux. Tu découvriras une sensation de légèreté qui t’est pour l’instant inconnue. Comme si un poids sur ta conscience s’était soudain envolé. Mais pour l’instant ce poids, tu n’en as pas conscience. Tu le traînes comme un boulet, mais tu ne le vois pas.

Lorsqu’il t’arrive de discuter avec un végétarien ou un végane, tu es prêt à écouter ce qu’il peut dire sur ses raisons de ne plus manger d’animaux. Mais tu ne t’en sens pas capable. Tu as l’impression que c’est pour les autres, ça, mais que toi, tu n’as pas les ressources nécessaires pour effectuer un tel virage alimentaire, pour affronter les regards désapprobateurs, et parfois pires, de ta famille et de tes amis qui t’ont connu omnivore, « normal » donc. Et puis tu n’as jamais cuisiné de ta vie, tu achètes des plats tout prêts, tu vas beaucoup au fast food, c’est tellement pratique, ça évite de se prendre la tête…

Pourtant tu essayes de faire quelques efforts quand même. Depuis que tu es au courant pour les codes sur les oeufs, tu fais bien attention de n’acheter que des 1 (poules élevées en plein air) ou 0 (poules bio). Tu te dis que c’est déjà ça, c’est ta petite contribution mais tu ne te sens pas capable d’en faire plus. Ça demande trop d’énergie, trop de travail, tu n’as pas de temps à consacrer à une telle conversion alimentaire.

Cher toi, j’étais comme toi avant. Aujourd’hui, non seulement je ne regrette rien, mais je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. Je regrette d’avoir passé toutes ces années à tourner autour du pot, en me disant que quand même ce serait génial d’y arriver puis aussitôt de m’empresser de penser à autre chose pour ne pas trop creuser la question.

Crois-moi, c’est plus facile que tu ne le penses ! Certes, ça demande de revoir tes achats alimentaires et la façon dont tu conçois tes repas. C’est vrai tu ne pourras plus aller au fast food vite fait le soir pour ne pas avoir à préparer le repas. Mais ce que tu as à gagner est bien plus important que ça. Tu peux gagner la congruence, le fait d’être cohérent avec toi-même. Tes pensées, tes propos et tes actes seront enfin alignés, tout ira dans le même sens. Tu t’endormiras le soir en sachant que tu n’as fait de mal à personne, que ton action sur le monde n’a pas eu de conséquences négatives juste pour une histoire de papilles gustatives ou de flemme de faire à manger !

Ce poids, ce boulet que tu portes tout en fermant les yeux pour ne pas le voir, il s’en ira. Tu verras ça fait un bien fou !!! J’adorerais revivre ce moment où tu sens que tu viens de prendre une bonne décision, qui va te faire du bien à toi et à la planète.

Crois-moi, toutes les raisons que tu te donnes pour ne pas devenir végane, elles sont toutes fausses, elles sont toutes mauvaises et sans importance. Et ça au fond de toi tu le sais. Sois honnête envers toi-même et tu seras obligé, en ton for intérieur, de reconnaître que c’est vrai, même si ton ego, lui, te fait croire le contraire. La seule raison qui te pousse à rester comme tu es, c’est la peur du changement. C’est normal, tu es humain et on a tous peur du changement. Quand les choses ont l’air de se tenir à peu près, on ne veut rien changer de peur de se retrouver dans une situation pire qu’avant.

Seul l’inconfort extrême peut nous pousser au changement. Seulement là, il y a urgence. Il y a des êtres qui souffrent, des vies qui sont brisées, par milliers, à chaque instant. Tu ne peux donc pas te permettre de mettre ton petit confort avant tout cela. Et puis, tant qu’à faire, si tu as vraiment besoin d’inconfort pour réussir à prendre la décision que tu dois prendre, et bien je te défie de regarder sans broncher des vidéos tournées dans les abattoirs, d’animaux qui souffrent, qu’on laisse agoniser lentement comme s’ils n’étaient que des objets inertes.

Je doute fort que tu sois capable de regarder ces vidéos sans rien ressentir. Peut-être même vas-tu refuser de le faire. Mais alors, poses-toi la question : pourquoi ce qui n’est pas assez bon pour tes yeux le serait pour ton estomac ? Peux-tu réellement cautionner tant de souffrances ? C’est ça ta vision d’un monde idéal ? Tu veux vraiment vivre dans un monde où on fait souffrir des êtres vivants pour que tu puisses te payer un fast-food ? À moins que tu ne sois Lucifer en personne, je ne pense pas que tu veuilles tout cela. Je pense juste que tu essayes de fermer les yeux sur tout ça car tu ne te sens pas capable de faire face à autant de souffrances, et à prendre les décisions qui s’imposent.

Mais maintenant, il est temps. Réagis !!! Ton monde c’est toi qui le construis, alors construis-le comme tu le veux au lieu de te considérer comme une victime qui ne peut rien y faire. Tu peux changer le monde en changeant ce que tu mets dans ton assiette, alors vas-y ! Ne t’inquiète pas, on est déjà plein, on est de plus en plus et si tu n’as pas une âme d’aventurier, pas de soucis, des milliers l’ont fait avant toi et peuvent t’aiguiller, t’aider, te conseiller…

Alors, viens, on t’attend ! Et merci pour ce que tu t’apprêtes à faire… »

 

Les produits laitiers nos ennemis pour la vie

Classé dans : VEGAN — susie @

Savant Singe

Image de prévisualisation YouTube

Glen Keane – The Duet

Classé dans : Musique-3/ CLASSIQUE,Musique-4/ WORLD Trip-hop — susie @

Glen Keane – The Duet

Image de prévisualisation YouTube

Human the movie

Classé dans : Qui suis-je?,VEGAN — susie @

Human extented  version Vol 1

Image de prévisualisation YouTube

What is it that makes us human? Is it that we love, that we fight ? That we laugh ? Cry ? Our curiosity ? The quest for discovery ?
Driven by these questions, filmmaker and artist Yann Arthus-Bertrand spent three years collecting real-life stories from 2,000 women and men in 60 countries. Working with a dedicated team of translators, journalists and cameramen, Yann captures deeply personal and emotional accounts of topics that unite us all; struggles with poverty, war, homophobia, and the future of our planet mixed with moments of love and happiness.

Human extented vol 2

Image de prévisualisation YouTube

Human extented vol 3

Image de prévisualisation YouTube

http://g.co/humanthemovie

Le « choix de Sophie » d’une vache laitière

Classé dans : VEGAN — susie @

Les vaches, comme les humains et tous les autres mammifères, ne produisent du lait que lorsqu’elles ont enfanté. En élevage, chaque année les vaches « laitières » sont inséminées pour donner naissance à un veau. Mère et nouveau-né sont séparés après 24h, malgré l’intensité du lien qui les unit.

Le récit ci-dessous raconte l’histoire d’une vache ayant donné naissance à des jumeaux et qui tenta de sauver l’un de ses petits, en effectuant un choix similaire à celui du personnage de Sophie dans le roman de William Styron, « Le choix de Sophie ». Devant la menace de perdre ses deux enfants dans un camp d’extermination, Sophie avait été contrainte d’en livrer un dans l’espoir de sauver l’autre.

Les vaches laitières sont des mamans privées de leurs petits. Avant le verre de lait, il y a la douleur d’une mère et la détresse d’un nouveau-né.

 

vache et veau, une famillePar le vétérinaire Holly Cheever

 » J’aimerais vous raconter une histoire touchante et vraie. Après avoir obtenu mon diplôme à l’école vétérinaire de Cornell, j’ai fréquemment exercé dans les exploitations laitières de Cortland. J’y étais appréciée du fait de la douceur de mes interventions sur les vaches.

L’un de mes clients me sollicita un jour pour résoudre un mystère : la veille, dans une prairie, l’une de ses vaches Brune des Alpes avait mis bas pour la cinquième fois dans sa vie. Une fois rentrée à la ferme avec son nouveau-né, son veau lui fut retiré, et elle, conduite en salle de traite. Mais son pis était vide, et il le resta pendant plusieurs jours.

Après la naissance de son veau, cette vache aurait dû produire près de 47 litres de lait par jour. Cependant, et en dépit du fait qu’elle se portait bien par ailleurs, son pis restait vide. Elle partait au pré le matin après la première traite, revenait pour la traite du soir, et restait la nuit en prairie – c’était un temps où les bovins étaient autorisés à profiter un minimum de certains plaisirs au cours de leur vie – mais jamais son pis n’était gorgé de lait comme celui d’une vache qui a mis bas.

Je fus appelée deux fois sur place pendant la première semaine suivant son accouchement, mais je ne trouvai aucune explication. Finalement, le onzième jour, l’éleveur m’appela : il avait trouvé la réponse : la vache avait donné naissance à des jumeaux, et par un « choix de Sophie », elle avait livré l’un de ses veaux à l’éleveur et gardé l’autre dans un bois en bordure de prairie. Chaque jour et chaque nuit, elle retrouvait et nourrissait son petit – le seul qu’elle ait jamais pu garder auprès d’elle.
Malgré mes efforts pour convaincre l’éleveur de laisser la mère et son petit ensemble, il lui fut enlevé et envoyé dans l’enfer des box à veaux.

Pensez un instant au raisonnement complexe élaboré par cette maman. Premièrement, elle se rappelait la perte de ses précédents petits et la conséquence de rentrer avec eux à la ferme : ne plus jamais les revoir (une situation déchirante pour toute mère mammifère). Deuxièmement, elle formule un plan et l’exécute : si ramener son veau à la ferme signifie le perdre inévitablement, alors elle installera et cachera son autre petit dans les bois, comme les biches, jusqu’à son retour. Troisièmement – et je ne sais comment l’expliquer – au lieu de cacher les deux veaux, ce qui aurait attiré la suspicion de l’éleveur (une vache gestante quittant la ferme le soir, la même vache revenant au matin non-gestante mais sans progéniture), elle lui en a donné un et gardé l’autre. J’ignore comment elle a pu faire cela – il aurait été plus probable qu’une maman désespérée tente de cacher ses deux petits.

Tout ce que je sais, c’est qu’il se passe derrière ces yeux magnifiques beaucoup plus de choses que nous, humains, n’avons jamais voulu voir. En tant que maman, qui ai pu élever mes quatre enfants, et n’ai pas eu à souffrir de la perte d’un seul d’entre eux, je ressens sa douleur. »

Holly Cheever, Docteur en médecine vétérinaire

extrait du site L214: http://blog.l214.com/2013/02/28/le-choix-de-sophie-d-une-vache-laitiere

1...34567...77
 

Petit Art |
mon grenier que j'aime |
GD LA PALETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
| KOUT'fil New-Look
| TCHOLLE AND CO