SUSIE

Bienvenue dans mon monde

LE LIVRE DES ESPRITS

Classé dans : AU-DELA/ KARDEC — susie @

d’Allan Kardec

Tables tournantes, oui-ja, alphabet spirite, écriture automatique, médiumnité… tous ces moyens nous permettent-ils vraiment de communiquer avec des esprits ? Allan Kardec s’est posé cette question en allant à la rencontre de très grands médiums. D’abord sceptique, il est très vite convaincu de la réalité de l’au-delà. Ses observations minutieuses et ses nombreuses expériences lui ont prouvé que non seulement les esprits provoquent des phénomènes physiques parfois prodigieux, mais qu’ils possèdent aussi une connaissance philosophique et spirituelle inestimable. Le livre des esprits contient les réponses des esprits à plus de mille questions sur Dieu, l’univers, les anges, la réincarnation, les rêves, la télépathie, la prière, les guerres, les inégalités, la liberté, la justice, le suicide, l’égoïsme, l’amour, etc. Un livre fondamental pour les personnes en quête de spiritualité.

Le Livre des Esprits est l’ouvrage de base en matière de Spiritisme, il est composé de plus de mille questions posées aux Esprits qui nous enseignent sur la vie de l’Au-delà ainsi que sur la vie présente et sur de nombreux points philosophiques. 

Deuxième best-seller mondial, tout de suite après la Bibile, le Livre des Esprits demeure aujourd’hui encore peu connu du grand public européen. A sa publication, tous les horizons idéologiques se déchaînent en attaques véhémentes. D’un accord commun, le livre est rejeté avec férocité, allant jusqu’à l’autodafé de Barcelone ordonné par l’évêque. On croyait l’Inquisition un événement du passé, on fut à deux doigts de rallumer les bûchers.

aura.jpg

Pourquoi tant de haine ? Dans un langage clair, simple, accessible à tous, ce n’est plus Dieu qui parle, ce sont les Esprits, les âmes des défunts qui s’adressent directement à tout un chacun. L’église se sera-t-elle sentie en danger, craignant de se voir dérober sa clientèle et de perdre le monopole du passage vers l’autre rive ? Là où l’église enseigne que la mort est un long sommeil débouchant, à l’issue des millénaires et au jour du Jugement, sur une résurrection des corps avec récompenses ou châtiments décernés par le Christ, le spiritisme révèle une délivrance immédiate dans la mort, avec la présence et l’aide bienveillante des défunts partis « devant ».

voyageastral2.jpg

A la question : Pourquoi l’homme a-t-il instinctivement horreur du néant ? L’Esprit répond : « Parce que le néant n’existe pas. »

Allan Kardec

Classé dans : AU-DELA/ KARDEC — susie @

allan.jpg

 Médium (Francais)
Né le 03 octobre 1804
Décédé le 31 mars 1869 (à l’âge de 64 ans)

Né à Lyon, le 3 octobre 1804, d’une ancienne famille qui s’est distinguée dans la magistrature et le barreau, M. Allan Kardec (Léon-Hippolyte-Denizart Rivail) n’a point suivi cette carrière. Dès sa première jeunesse, il se sentait attiré vers l’étude des sciences et de la philosophie.

Elevé à l’Ecole de Pestalozzi, à Yverdun (Suisse), il devint un des disciples les plus éminents de ce célèbre professeur, et l’un des propagateurs zélés de son système d’éducation, qui a exercé une grande influence sur la réforme des études en Allemagne et en France.

Ses études terminées, il vint en France. Possédant à fond la langue allemande, il traduisit pour l’Allemagne différents ouvrages d’éducation et de morale, et, ce qui est caractéristique, les oeuvres de Fénélon, qui l’avaient particulièrement séduit.

De 1835 à 1840, il fonda, dans son domicile rue de Sèvres, des cours gratuits, où il enseignait la chimie, la physique, l’anatomie comparée, l’astronomie, etc. ; constamment occupé de rendre attrayants et intéressants les systèmes d’éducation, il inventa, dans le même temps, une méthode ingénieuse pour apprendre à compter, et un tableau mnémonique de l’histoire de France, ayant pour objet de fixer dans la mémoire les dates des événements remarquables et des découvertes qui illustrèrent chaque règne.

Avant que le Spiritisme ne vînt populariser le pseudonyme Allan Kardec, il avait su s’illustrer par divers livres d’éducation.

Vers 1855, dès qu’il fut question des manifestations des Esprits, M. Allan Kardec se livra à des observations persévérantes sur ce phénomène et s’attacha principalement à en déduire les conséquences philosophiques. Il y entrevit tout d’abord le principe de nouvelles lois naturelles : celles qui régissent les rapports du monde visible et du monde invisible ; il reconnut dans l’action de ce dernier une des forces de la nature dont la connaissance devait jeter la lumière sur une foule de problèmes réputés insolubles, et il en comprit la portée au point de vue religieux.

Ses principaux ouvrages sur cette matière sont :

le Livre des Esprits, dont la première édition a paru le 18 avril 1857 ;
le Livre des Médiums, en janvier 1861 ;
l’Evangile selon le Spiritisme, en avril 1864 ;
le Ciel et l’Enfer, ou la justice de Dieu selon le Spiritisme en août 1865 ;
la Genèse, les miracles et les prédictions, en janvier 1868 ;
Qu’est-ce que le Spiritisme ;
Voyage Spirite en 1862 ;
Oeuvres Posthumes ;

la Revue spirite, journal d’études psychologiques, recueil mensuel commencé le 1º janvier 1858.
Il a fondé à Paris, le 1º avril 1858, la première Société spirite régulièrement constituée, sous le nom de Société parisienne des études spirites, dont le but exclusif est l’étude de tout ce qui peut contribuer au progrès de cette nouvelle science. M. Allan Kardec se défend à juste titre d’avoir rien écrit sous l’influence d’idées préconçues ou systématiques ; homme d’un caractère froid et calme, il a observé les faits, et de ses observations il a déduit les lois qui les régissent ; le premier il en a donné la théorie et en a formé un corps méthodique et régulier.

En démontrant que les faits faussement qualifiés de surnaturels sont soumis à des lois, il les fait entrer dans l’ordre des phénomènes de la nature, et détruit ainsi le dernier refuge du merveilleux et l’un des éléments de la superstition.

De l’apparition du Livre des Esprits date la véritable fondation du Spiritisme qui, jusqu’alors, n’avait possédé que des éléments épars sans coordination et dont la portée n’avait pas pu être comprise de tout le monde.

Les preuves matérielles que donne le Spiritisme, de l’existence de l’âme et de la vie future, tendent à la destruction des idées matérialistes et panthéistes. Un des principes les plus féconds de cette doctrine, et qui découle du précédent, est celui de la pluralité des existences, déjà entrevu par une foule de philosophes anciens et modernes.

De ce principe découle la solution de toutes les anomalies apparentes de la vie humaine, de toutes les inégalités intellectuelles, morales et sociales ; l’homme sait ainsi d’où il vient, où il va, pour quelle fin il est sur la terre et pourquoi il y souffre.

Les idées innées s’expliquent par les connaissances acquises dans les vies antérieures ; les sympathies et les antipathies, par la nature des rapports antérieurs.

Le Spiritisme a pour maxime : Hors la Charité, point de salut, c’est-à-dire l’égalité parmi les hommes devant Dieu, la tolérance, la liberté de conscience et la bienveillance mutuelle.

Il n’y a de foi inébranlable que celle qui peut regarder la raison face à face à tous les âges de l’humanité. A la foi, il faut une base, et cette base, c’est l’intelligence parfaite de ce qu’on doit croire ; pour croire il ne suffit pas de voir, il faut surtout comprendre.

Travailleur infatigable, Allan Kardec a succombé, le 31 mars 1869, enterré au Père Lachaise, sa tombe reste l’une des plus fleuries….

C’est en lisant son livre « Le livre des Esprits », que j’ai pu trouver les réponses aux questions que je me posais sur notre monde, soyez rassurés, je ne fais partie d’aucune secte, prenez le temps si vous pouvez de le lire et vous verrez pas vous même…

Allan de MYLENE FARMER

Image de prévisualisation YouTube 

Réincarnation

Classé dans : AU-DELA/ KARDEC — susie @

L’hypothèse d’une réincarnation est fascinante et cette doctrine, venue de l’Orient, propose une vision globale de l’existence. Elle opère une fusion entre l’idée de rétribution et celle de réincarnation. A bonnes actions, bonne renaissance ; à mauvaises actions, réincarnation pénible au bas de l’échelle pour assumer les conséquences de ses actes jusqu’au moment où la loi du destin sera brisée. Le cycle des réincarnations prend fin en effet lorsque la purification est achevée.

incarnation.jpg

La réincarnation est un des dogmes fondamentaux de plusieurs religions d’importance mondiale (hindouisme, bouddhisme, sikhs, jaÏnisme, certaines sectes islamiques et hérésies chrétiennes), ainsi que de sectes modernes comme la Scientologie et la Théosophie. Nombre de traditions réfèrent à quelque forme de régénération que subirait l’âme après la mort du corps. Freud, Jung, Saint Augustin et Bouddha ont tenté de préciser la réincarnation ou métempsycose.
Certains adeptes de la réincarnation prétendent que le talent des génies précoces comme Mozart est « importé » d’une vie antérieure.

Si beaucoup d’éléments indiquent que la personnalité semble survivre à la Mort, d’importantes questions restent toutefois sans réponses. Par exemple, si nous avons tous vécu plusieurs vies, pourquoi se souviendrait-on de certaines plus que d’autres? Et, plus incompréhensible encore, pourquoi la plupart d’entre nous n’a aucun souvenir de vies antérieures

Marques de naissance

 Les Ibos du Nigeria, d’après S. Edelstein, marquent le cadavre d’un enfant mort en lui coupant la dernière phalange du petit doigt. Or, on retrouve ensuite cette mutilation sur des nouveaux nés !

Au Sénégal, on marque de la même manière une oreille.

Un indien Tlingit d’Alaska avait une cicatrice sur le flanc droit qu’il prétendait être un coup de lance reçu dans une autre vie, 50 ans auparavant, lors d’un combat entre tribus, et il fut capable de nommer son agresseur.

En Thaïlande, on marque souvent le corps d’un défunt pour mieux l’identifier lors d’une réincarnation.

On peut évidemment supposer que si cela se passe dans un contexte familial donné, il puisse y avoir une action psychique de la mère sur le foetus. Mais il y a des cas avérés où il n’y a aucun lien familial. Et on sait qu’une marque accidentelle n’est pas génétiquement transmissible !

Depuis l’âge de cinq ans, où elle eut une diphtérie, Mme Smith (pseudonyme donné par son médecin A.G.) rêvait de bûcher et de moine qui la frappait avec une torche enflammée. elle porte depuis sa naissance une marque dans le dos, une cicatrice boursouflée comme celle d’une brûlure. Elle fut traitée de 1962 à 1966. par le docteur A. Guirdham, psychiatre (Université Oxford – Grande Bretagne), qui établit qu’elle était probablement la réincarnation d’une cathare brûlée vive en 1244. Elle fut capable de donner de nombreux détails sur sa communauté, dont certains inconnus à cette date et confirmé ensuite par des recherches ultérieures (les robes bleu foncé des parfaits cathares, par exemple). Il n’a donc pas pu y avoir télépathie pour ces faits historiques révélés après coup.

 Extrait du site: http://www.outre-vie.com/croyancereligion/reincarnation/reincarnation.htm

Spirites et au-delà…

Classé dans : AU-DELA/ KARDEC — susie @

Voici quelques livres sur l’au-delà, la réincarnation, le spiritisme…

J’y ai toujours cru naturellement…Et vous?

LA VIE DES MAITRES  Baird Spalding

Le 22 décembre 1894, onze scientifiques américains se réunissent à Potal, petit village de l’Inde. Sceptiques par nature, ils n’acceptent aucune vérité a priori, mais certains phénomènes religieux les intriguent. Ils décident de vérifier de leurs yeux les prodiges accomplis par les Maîtres orientaux. Car en Inde, au Tibet et au Népal existent des hommes aux facultés étonnantes qui communiquent à distance, voyagent par lévitation et guérissent les infirmes. Les savants découvrent, peu à peu fascinés, des lois physiques et psychiques encore inconnues : grâce à une ascèse aux règles bien établies, l’esprit devient capable de maîtriser la matière, et même de quitter son enveloppe charnelle. Au contact de cette hiérarchie invisible des Maîtres de sagesse, ils commencent un itinéraire spirituel qui va les mener à la découverte de leur Moi profond, intemporel et éternel

  LA VIE APRES LA VIE Docteur Raymond Moody

 » Ça m’est arrivé à la naissance d’un de mes enfants
L’accouchement avait été très difficile, j’avais perdu beaucoup de sang. Le médecin avait renoncé à me sauver.

… C’est à ce moment-là que je me suis aperçue de la présence d’un tas de monde planant à la hauteur du plafond de ma chambre. Tous des gens que j’avais connus autrefois et qui étaient passés dans l’autre monde. Ce fut une minute magnifique, toute de splendeur.  »
Partout dans le monde, des milliers de rescapés rapportent des témoignages bouleversants. Le scénario est
souvent le même : déclarée cliniquement morte, la personne se sent sortir de son corps. Son  » âme  » s’engage
alors dans un tunnel au bout duquel resplendit une lumière extraordinaire. Dans un lieu de paix et de beauté
elle est accueillie par un être de lumière qui lui fait voirechacun des événements de sa vie. À regret, l’âme retourne
ensuite dans son corps et la personne reprend conscience.Un livre qui bouleverse et libère de bien des peurs

ENFANTS DE LA REINCARNATION Vicki Mackenzie 

Depuis 1987, Vicki Mackenzie a recueuili, en Europe et dans le nord des Etats-Unis, les témoignages d’enfants hors du commun. Ils reconnaissent des lieux dans lesquels ils ne sont jamais allés et possèdent des connaissances spirituelles innées qui fascinent ou effraient leurs parents. Selon le Dalaï-Lama, ces enfants abritent des toulkous, c’est à dire des âmes de très grands lamas tibétains… Si ces enfants soulèvent d’innombrables questions sur la conscience humaine et ses capacités, ils sont avant tout porteurs d’un message d’une compassion et d’une sagesse éblouissants.  

IL N’Y A QUE L’AMOUR Brian L.Weiss (beau et touchant…)


 

12
 

Petit Art |
mon grenier que j'aime |
GD LA PALETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
| KOUT'fil New-Look
| TCHOLLE AND CO