SUSIE

Bienvenue dans mon monde

Dalaï Lama-KUNDUN

Classé dans : FILMS,VOYAGE/TIBET — susie @

dalailamap3ilx.jpg

« Dalaï-lama » est le nom porté par le chef spirituel du bouddhisme tibétain. Chaque daiaï-lama est considéré comme la manifestation physique du Boddhisattva/ la voie d’accès à l’état de Bouddha, et il est considéré par les bouddhistes comme une réincarnation de son prédécesseur* Lorsqu’un dalaï-fama meurt, on cherche parmi de jeunes garçons sa nouvelle incarnation. L’enfant est identifié grâce à sa faculté de pouvoir sélectionner, parmi un ensemble d’objets, ceux ayant appartenu au précédent daiaï-lama. Lorsque l’équipe chargée de cette mission trouve le dalai-lama actuel (ci-dessous), en 1937, l’enfant alors âgé de deux ans reconnaît immédiatement l’un des lamas, pourtant déguisé. Il lui saute sur les genoux en l’appelant « Lama ! Lama ! », un vocable qui n’existe pas dans le dialecte parlé par l’enfant. L’enfant saisit ensuite un rosaire donné à ce lama par le précédent dalaï-lama et s’écrie « Mais c’est le mien ! Puis-je l’avoir?». Un examen physique de l’enfant apporte une preuve supplémentaire : la présence sur sa peau d’une marque en forme de conque et deux petites protubérances situées sous ses omoptates, des caractères physiques traditionnellement associés au dalaï-lama.

A VOIR :

Kundun

un film de 1997, écrit par Melissa Mathison et réalisé par Martin Scorsese retraçant la jeunesse de Tenzin Gyatso, le 14e dalaï-lama, de sa naissance dans une famille paysanne à son exil vers l’Inde, en 1959.

Image de prévisualisation YouTube

TIBET…

Classé dans : VOYAGE/TIBET — susie @

tibet.bmp

Le Tibet désigne trois entités géographiques se recouvrant :

  • La Région autonome du Tibet, appelée Bod rang skyong ljong en tibétain et Xizang Zizhiqu en chinois, qui est une région administrative de la Chine au statut particulier, comme le Xinjiang ou Turkestan chinois, ou la Mongolie-Intérieure ;
  • le plateau du Tibet, zone géographique située au nord de l’Himalaya, qu’on appelle le « toit du monde », formée de hauts plateaux désertiques dominés par de puissantes chaînes d’ouest en est (Kunlun Shan (Kouen-louen), Transhimalaya) ;
  • la zone de peuplement des Tibétains, enfin, correspondant à une aire linguistique où le tibétain est la langue majoritairement utilisée, ainsi qu’à une aire culturelle à la spécificité marquée, avec une religion commune : le Bouddhisme dans sa forme vajrayâna.

tibetenfantsjouantconservesag.jpg tibet34.bmp

La superficie du Tibet varie de 1 221 600 km², pour la région administrative, à 2 500 000 km² pour le Tibet historique. La population de la Région autonome compte 2 540 000 Tibétains auxquels s’ajoutent 160 000 Chinois Han. La capitale historique, centre qui, traditionnellement, concentre l’autorité religieuse et temporelle du Tibet, est Lhassa.

8170217.jpgDepuis 1710, après une longue suzeraineté mongole, le Tibet a vu successivement la Manchourie, la Grande-Bretagne et la Chine interférer dans ses affaires intérieures.

Après la mort de l’empereur manchou Qianlong en 1795, le Tibet retrouve de son indépendance. En 1911, la dynastie manchoue des Qing s’effondre, la première République chinoise est proclamée.

unrefugedelautrecotehimalaya.jpgDe 1643 à 1949, le Tibet était gouverné par le Dalaï-lama, parfois en tant que chef d’État, parfois en tant que suzerain et soit comme 1er grand Lama ou partageant le pouvoir avec le Panchen-lama.

En 1949, l’Armée populaire de libération entre au Tibet et rencontre peu de résistance de la part d’une armée tibétaine faible et mal équipée.

En 1959, une insurrection éclate à Lhassa, le Dalaï-lama quitte le Tibet pour se réfugier en Inde.

Depuis 1987, d’importantes manifestations ont eu lieu en faveur de l’indépendance. Durement réprimées (des centaines de morts), elles furent suivies d’un an de loi martiale (1989-90). Aujourd’hui, les autorités chinoises poursuivent leur « normalisation » et intensifient la colonisation…

En 1989, une manifestation de Tibétains finit dans un bain de sang.

tibet07.jpg

Droit de la personne au Tibet:

La Commission internationale des juristes a qualifié dans un rapport de 1959 les massacres perpétrés au Tibet par les autorités chinoises de génocide, le bilan de l’invasion chinoise est estimé à 1,2 million de victimes depuis 1949.

Reuters rapporte que les autorités chinoises sont actuellement poursuivies par la cour de justice espagnole pour génocide à l’encontre du peuple tibétain.

Par ailleurs, outre la torture dans les prisons et le fait que celle-ci n’épargnerait pas les mineurs, les ONG font également état de méthodes particulières appliquées aux femmes tibétaines. Alors que les autres minorités ne font pas partie de la politique de contrôle des naissances en Chine, les femmes tibétaines y sont incluses et seraient stérilisées et obligées à avorter au delà du premier enfant, d’après la commission des droits de l’Homme, rapport de 1999.

Le droit de pratiquer librement sa religion est bafoué par le gouvernement de Pékin : les photos du Dalaï-Lama sont interdites, sous peine de prison, mais pas celles du Panchem-Lama (celui désigné par le gouvernement central de Pékin, et non celui reconnu par le Dalaï Lama), qui a été remplacé et qui est maintenant de culture chinoise. Les manifestations pour l’indépendance du Tibet sont violemment réprimées : deux nonnes bouddhistes qui avaient réclamé la libération du Tibet ont été enfermées dans la prison de Drapchi, à Lhassa en 1990. Lhundrub Sangmo et Rizin Choekyi ont été libérées respectivement en 1999 et en 2002, après avoir vécu un véritable calvaire dans leurs geôles (tortures, brimades et manque de nourriture). 140 prisonniers d’opinion tibétains sont aujourd’hui détenus dans la prison de Drapchi.

Le lamaïsme tibétain de la secte des bonnets rouges est interdite, mais pas celle de la secte des bonnets jaunes qui est même pratiquée en plein Pékin, cette secte est liée au gouvernement chinois depuis sa tentative de coup d’état peu avant l’invasion chinoise.

trekmagtibet.jpg tibet33.jpg

tibet.jpg

VOIR:

                     

kundunver1.jpg

          

 

                                                      

 

 

 

 

 

  Kundun

 

 

200pxhimalayafilm.jpg

 

 

 

 

 

 

 Himalaya

 

    samsara.jpg Samsara   

g420823.jpg 7 ans au Tibet  

LIRE:

arton295210x210.jpg de  Rinpoché Sogyal, Dalaï-Lama

51p6h9cfywlaa240.jpg de Matthieu Ricard, Dilgo Khyentsé Rinpoché

tibetotagedelachine.jpgde Claude-B Levenson, Dalaï-Lama

c1.jpg de Claude-B Levenson

tibetregards709e5.jpg de Matthieu Ricard

 

VOYAGER AU TIBET:

www.unmondechine.com

http://www.tibet-

dalailama1.jpg

Passionant lien:

http://jean.dif.free.fr/Images/Tibet/Chrono/Chrono.html

Cher dalaï lama

Classé dans : VOYAGE/TIBET — susie @

dalailama.bmp

 Le dalaï lama est le plus haut chef spirituel de la branche Guélougpa (école dite des bonnets jaunes) du bouddhisme tibétain, fondée par le réformateur Tsongkhapa (1357-1419). Ce titre, composé de dalaï, « océan » en mongol, et de lama, « sagesse » en tibétain, signifie « océan de sagesse ». Le dalaï lama était le principal dirigeant politique du régime théocratique tibétain jusqu’à ce que la Chine envahisse le Tibet en 1959 et entame une grande répression. Les dalaï lamas sont considérés comme les manifestations du bodhisattva de la compassion, dont le nom est Chenrezig en tibétain et Avalokiteshvara en sanskrit. Les bodhisattvas sont des êtres éclairés qui ont retardé leur propre nirvāna et choisi de renaître pour servir l’humanité.

Les dalaï lamas constituent une lignée de tulkus, maîtres réincarnés. Au décès d’un dalaï lama, ses moines commencent une recherche de sa réincarnation. Celle-ci se manifeste par des signes tels que la reconnaissance des possessions du précédent dalaï lama. La réincarnation est alors amenée à un monastère pour être instruite par les autres lamas.

Bien que le dalaï lama soit le chef spirituel de l’école des Gelugpa, il a reçu les plus hauts enseignements et pouvoirs de toutes les principales écoles du bouddhisme tibétain. Il présente aussi le cœur de l’enseignement de toutes ces écoles.En 1949, les communistes arrivent au pouvoir en Chine et, niant les revendications récentes de l’indépendance du Tibet, y envoient leurs troupes en 1950 pour « libérer », opposés au servage et à la théocratie et « civiliser » la population. C’est en 1950, à l’âge de seize ans, que le dalaï lama devient chef d’État et du gouvernement. Il passe les neuf années qui suivent à la recherche d’une solution pacifique à la crise, avant d’être obligé de fuir en Inde, où il établit, à Dharamsala, le gouvernement tibétain en exil. Pendant la Révolution culturelle, la persécution de la population est à son comble. Comme dans toute la Chine à cette période, les monastères sont détruits, moines et nonnes emprisonnés et torturés. Malgré cela, le dalaï lama est persuadé que la solution se trouve dans un compromis politique avec la Chine. Le 9 mars 1961, il lance un appel aux Nations unies en faveur d’une restauration de l’indépendance du Tibet. Sans relâche et toujours dans la voie de la non-violence, il propose un Tibet démocratique et autonome au sein d’une union avec la Chine. Non seulement les Tibétains sont sévèrement réprimés et empêchés de s’exprimer, mais en plus, ils subissent la très forte pression d’une colonisation chinoise qui emporte tout sur son passage. La population tibétaine risque véritablement de disparaître face à cette vague déferlante.

Aujourd’hui en Chine le culte bouddhiste tibétain de la secte des bonnets rouge à été remis en place par le gouvernement central de Pékin et peut de nouveau pratiquer ses offices religieux, même en plein Pékin dans le très ancien temple de Yonghe, situé en centre ville. Certains organismes internationaux dénoncent cependant l’enfermement du jeune Lama des bonnets rouges.

Le gouvernement Tibétain a déclaré que le prochain dalaï Lama naîtra en Chine et sera choisi par la Chine. Le dalaï Lama a affirmé qu’il ne renaîtrait pas en Chine si la situation est la même qu’aujourd’hui, car il ne veut pas être soumis à l’autorité chinoise. (interview sur son site)

Alexandra David-Neel

Classé dans : VOYAGE/TIBET — susie @

david.gif

Née à Saint-Mandé le 24 octobre 1868
Décédée à Dignes le 08 septembre 1969

 Dès son plus jeune âge, Alexandra David-Neel s’essaie à l’aventure : elle multiplie les fugues et en tire très vite ses premiers enseignements : il faut se libérer du corps et apprendre à le maîtriser. Après des études musicales et lyriques, elle suit des cours sur le Tibet au collège de France. En 1891, elle s’embarque pour l’Inde et parcourt le pays pendant un an. De retour en France, elle se lance dans une carrière d’artiste lyrique, se produit dans différents théâtres et multiplie les tournées à l’étranger. En 1904, elle épouse Philippe Neel et entame une carrière de journaliste. Elle collabore à diverses revues anglaises et françaises et organise de nombreuses conférences sur le bouddhisme et l’hindouisme. A 43 ans, Alexandra David-Neel embarque pour un voyage en Inde de quelques semaines qui durera en réalité quatorze ans, elle entame un voyage érudit, apprenant les idiomes, traduisant les manuscrits, rencontrant des sages et des lettrés et s’essayant à la méditation. En 1912, afin d’approcher les arcanes du bouddhisme tibétain, elle escalade les himalayas et parvient à rencontrer le treizième dalaï-lama puis, disciple d’un grand maître tibétain, elle séjourne dans un ermitage et y mène une vie d’ascète. En 1934, à l’âge de 56 ans, de villes en déserts, de monastères en vallées, au terme de plus de 3.000 km, elle est la première occidentale à pénétrer dans la cité interdite de Lhassa. Alexandra David-Neel ne pose définitivement ses malles qu’à l’âge de 78 ans.

«Heureux celui qui s’appuie sur des années sagement remplies.»

«Souviens-toi que la douleur élève les âmes vraiment grandes et que ce n’est que le vulgaire qu’elle rend méchant.»

«Ne dis pas “Dieu est trop loin de moi”, cherche-le là où il se trouve. La communion de ton âme avec la divinité est possible.»

A lire:

Grand Tibet et vaste Chine

Voyage d’une parisienne à Lhassa

   http://www.alexandra-david-neel.org/index_anim.htm

 

Petit Art |
mon grenier que j'aime |
GD LA PALETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
| KOUT'fil New-Look
| TCHOLLE AND CO