SUSIE

Bienvenue dans mon monde

La mamma

Classé dans : Musique AZNAVOUR,Musique/ANNEES 60-70 — susie @

Aznavour et France Gall – La mamma

Image de prévisualisation YouTube

AZNAVOUR

Classé dans : Musique AZNAVOUR — susie @

aznavour03.jpg

Qui

Image de prévisualisation YouTube

Qui frôlera tes lèvres
Et vibrant de fièvre
Surprenant ton corps
Deviendra ton maître
En y faisant naître
Un nouveau bien-être
Un autre bonheur?
Qui prendra la relève
Pour combler tes rêves
Et sans un remords
D’un éclat de rire
Saura te conduire
À mieux me détruire
Au fond de ton cœur?
Qui peut être cet autre
Qui sera cet intrus ?
Dans tout ce qui fut nôtre
Quand je ne serais plus?
Qui prendra ta faiblesse
Avec des caresses
Et des mots d’amour
En couvrant d’oubli
Nos jours de folies?
Qui prendra ta vie
Au bout de mes jours?
Nous vivons à vingt ans d’écart
Notre amour est démesuré
Et j’ai le cœur au désespoir
Pour ces années
Car lorsque mes yeux seront clos
D’autres yeux vont te contempler
Aussi je lutte avec ce mot
De ma pensée
Qui sans que tu protestes
Refera les gestes
Qui ne sont qu’à nous
Lorsque je t’embrasse
Lorsque je t’enlace
Qui prendra ma place
Autour de ton cou?
Qui connaîtra tes scènes
De folie soudaine
Ou bien de courroux?
Qui aura la chance
D’avoir ta présence
Souvent quand j’y pense
Je deviens jaloux
Qui? nul ne peut le dire
Qui? nous n’en savons rien
Et mon cœur se déchire
En pensant que quelqu’un
Te prendra un je t’aime
Et par ce je t’aime
Je le sais déjà
Il prendra ta bouche
Il prendra ta couche
Et m’enterrera
Pour la seconde fois

Les deux guitares

Image de prévisualisation YouTube

Deux tziganes sans répit
Grattent leur guitare
Ranimant du fond des nuits
Toute ma mémoire
Sans savoir que roule en moi
Un flot de détresse
Font renaître sous leurs doigts
Ma folle jeunesse

Ekh raz yechtcho raz yechtcho mnogo mnogo raz
Ekh raz yechtcho raz yechtcho mnogo mnogo raz

Jouez tziganes jouez pour moi
Avec plus de flamme
Afin de couvrir la voix
Qui dit à mon âme
Où as-tu mal, pourquoi as-tu mal ?
Ah t’as mal à la tête
Mais bois un peu moins aujourd’hui tu boiras plus demain
Et encore plus après-demain
Je veux rire et chanter
Et soûler ma peine
Pour oublier le passé
Qu’avec moi je traîne
Apportez-moi du vin fort
Car le vin délivre
Oh versez, versez-m’en encore
Pour que je m’enivre
Deux guitares en ma pensée
Jettent un trouble immense
M’expliquant la vanité
De notre existence
Que vivons-nous, pourquoi vivons-nous ?
Quelle est la raison d’être ?
Tu es vivant aujourd’hui, tu seras mort demain
Et encore plus après-demain
Quand je serai ivre-mort
Faible et lamentable
Et que vous verrez mon corps
Rouler sous la table
Alors vous pourrez cesser
Vos chants qui résonnent
En attendant jouez
Jouez je m’abandonne

 

Non, je n’ai rien oublié

Image de prévisualisation YouTube

Je n’aurais jamais cru qu’on se rencontrerait
Le hasard est curieux, il provoque les choses
Et le destin pressé un instant prend la pause
Non je n’ai rien oublié
Je souris malgré moi, rien qu’à te regarder
Si les mois, les années marquent souvent les êtres
Toi, tu n’as pas changé, la coiffure peut-être
Non je n’ai rien oublié
Marié, moi ? allons donc, je n’en ai nulle envie
J’aime ma liberté, et puis, de toi à moi
Je n’ai pas rencontré la femme de ma vie
Mais allons prendre un verre, et parle-moi de toi
Qu’as-tu fait de tes jours ? es-tu riche et comblée ?
Tu vis seule à Paris? mais alors ce mariage ?
Entre nous, tes parents ont dû crever de rage
Non je n’ai rien oublié
Qui m’aurait dit qu’un jour sans l’avoir provoqué
Le destin tout à coup nous mettrait face à face
Je croyais que tout meurt avec le temps qui passe
Non je n’ai rien oublié
Je ne sais trop que dire, ni par où commencer
Les souvenirs foisonnent, envahissent ma tête
Mon passé revient du fond de sa défaite
Non je n’ai rien oublié, rien oublié
A l’age où je portais mon cœur pour toute arme
Ton père ayant pour toi bien d’autres ambitions
A brisé notre amour et fait jaillir nos larmes
Pour un mari choisi sur sa situation
J’ai voulu te revoir mais tu étais cloîtrée
Je t’ai écrit cent fois, mais toujours sans réponse
Cela m’a pris longtemps avant que je renonce
Non je n’ai rien oublié
L’heure court et déjà le café va fermer
Viens je te raccompagne à travers les rues mortes
Comme au temps des baisers qu’on volait sous ta porte
Non je n’ai rien oublié
Chaque saison était notre saison d’aimer
Et nous ne redoutions ni l’hiver ni l’automne
C’est toujours le printemps quand nos vingt ans résonnent
Non je n’ai rien oublié, rien oublié
Cela m’a fait du bien de sentir ta présence
Je me sens différent, comme un peu plus léger
On a souvent besoin d’un bain d’adolescence
C’est doux de revenir aux sources du passé
Je voudrais, si tu veux, sans vouloir te forcer
Te revoir à nouveau, enfin… si c’est possible
Si tu en as envie, si tu es disponible
Si tu n’as rien oublié
Comme moi qui n’ai rien oublié

Mourir d’aimer

Image de prévisualisation YouTube

aznavour39.jpg

J’ai des origines arméniennes alors je ne peux passer à côté de chanteur adoré qui a bercé mon enfance…

http://www.c-aznavour.com/SITE/accueilEN.html
mid();

 

 

Petit Art |
mon grenier que j'aime |
GD LA PALETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
| KOUT'fil New-Look
| TCHOLLE AND CO