SUSIE

Bienvenue dans mon monde

Camille

Classé dans : Musique-1/ FRANCAISE — susie @

Ta douleur

Image de prévisualisation YouTube

Anis

Classé dans : Musique-1/ FRANCAISE — susie @

Dans tes yeux

Image de prévisualisation YouTube

Emilie Simon

Classé dans : Musique-1/ FRANCAISE,Musique-4/ WORLD Trip-hop — susie @

Lise

Image de prévisualisation YouTube

Julien Clerc

Classé dans : Musique-1/ FRANCAISE — susie @

Ma préférence

Image de prévisualisation YouTube

Chanteurs sans frontières

Ethiopie

Image de prévisualisation YouTube

 

Goldman (Hommage à Daniel Balavoine)-Confidentiel

Image de prévisualisation YouTube

 

au p’tit bonheur-Louise attaque

Classé dans : Musique-1/ FRANCAISE — susie @

Je veux du soleil-Au p’tit bonheur

Image de prévisualisation YouTube

Ton invitation-Louise Attaque

Image de prévisualisation YouTube

La Brune-Louise Attaque

Image de prévisualisation YouTube

Je t’emmène au vent-Louise Attaque

Image de prévisualisation YouTube

 

Mano solo parti au paradis

Classé dans : Musique-1/ FRANCAISE — susie @

solo351.jpg

Repose en paix l’ami…

Image de prévisualisation YouTube

DIS-MOI

Image de prévisualisation YouTube

Dis-moi que je crèverai seul comme un chien
En haut d’une montagne qui plonge dans la mer
En plein vent la narine frémissante
Et tous les sens en éveil pour le dernier show de la vie
Dis-moi qu’un oiseau viendra me rassurer de son indifférence
Tout va bien me dira-t-il, il est juste grand temps de pourrir
Dis-moi que les feuilles viendront roussir
Et qu’avec elles le vent m’emportera
Sans qu’aucun boulet de la vie pour une fois ne puisse me retenir

Alors il ne sera rien que je regrette
Sauf peut être cette vie entière
Que nous n’avons pas vécue
Cette promesse non tenue

Mais qu’importe, que le vent m’emporte
Nourrir les vers et les cloportes
Ce sera bien là de toute une vie
Le seul contrat bien rempli

Je n’ai jamais vendu mon âme
Mais c’est mille fois que je l’ai offerte
En pure perte, en pur drame
En pâture aux femmes

Mais de tout ce vin ne reste que le tanin vinaigre
De plaies par trop ouvertes, au fond d’un grâal
Puits sans fin où se dilue l’hier sans lendemain
Dis moi que ça ne fait rien
Ce sera juste la preuve que ce n’était que ça qu’être humain
C’est peut-être ça qui est bien
C’est peut-être ça qui est bien

Barbes-Clichy

Image de prévisualisation YouTube

Mauranne

Classé dans : Musique-1/ FRANCAISE — susie @

avec Lara Fabian-Mon autre

Image de prévisualisation YouTube

Ame ou soeur   Jumeau ou frère
De rien mais qui es-tu
Tu es mon plus grand mystère Mon seul lien contigu
Tu m’enrubannes et m’embryonnes  Et tu me gardes à vue
Tu es le seul animal de mon arche perdue
Tu ne parles qu’une langue aucun mot déçu 

Celle qui fait de toi mon autre   L’être reconnu
Il n’y a rien à comprendre Et que passe l’intrus
Qui n’en pourra rien attendre  Car je suis seule à les entendre
Les silences et quand j’en tremble

Toi, tu es mon autre  La force de ma foi
Ma faiblesse et ma loi  Mon insolence et mon droit
Moi, je suis ton autre  Si nous n’étions pas d’ici
Nous serions l’infini

Et si l’un de nous deux tombe  L’arbre de nos vies
Nous gardera loin de l’ombre   Entre ciel et fruit
Mais jamais trop loin de l’autre  Nous serions maudits
Tu seras ma dernière seconde  Car je suis seule à les entendre
Les silences et quand j’en tremble

Toi, tu es mon autre  La force de ma foi
Ma faiblesse et ma loi  Mon insolence et mon droit
Moi, je suis ton autre  Si nous n’étions pas d’ici
Nous serions l’infini
Et si l’un de nous deux tombe

Si aujourd’hui

Image de prévisualisation YouTube

Si aujourd’hui la terre s’arrêtait de tourner
Je t’emmènerais tranquille de ville en île le nez en l’air
Pour retrouver l’été
Si aujourd’hui la mer devait s’évaporer
Je trouverais dans ma poche une pelle une pioche
Et je sèmerais des fleurs sur les fonds balnéaires
Et si demain matin tu cessais de m’aimer
Je n’peux pas dire que j’en mourrais, non
Faut rien exagérer
Je crois seulement que j’aurais l’air
D’un casino désert, d’une chaise à l’envers
Oubliée sur une table
Je crois que j’aurais l’air assez minable

Si aujourd’hui le vent se mettait en colère
Soufflait immensément, on irait aux étoiles
Dans ma navette à voile pour voir un clair de terre

Si aujourd’hui le ciel devenait un brasier
Je te ferais flamber des soufflés d’ailes d’anges à la liqueur de miel
Et aux zestes d’orange

Et pourtant là tout de suite
Si je cessais de vivre
En buvant dans tes yeux
Je suis sûr que je ferais
Un fantôme très heureux

 

Le dernier voyage

Image de prévisualisation YouTube

Ce sera comme un dernier voyage
Un changement de paysage, ensemble
Ce sera notre dernière odeur
On se sent proche de cet amour qui meurt

Et sans éloigner nos visages
Sans se détourner des images
Ne pas rayer les souvenirs
Ce sera comme un dernier désir ensemble

Inutile de s’aimer sans se voir
Inutile d’avancer dans le noir
C’est la fin de notre histoire

Ce sera comme s’aimer davantage
Avoir le temps et une page en plus
Ce sera plonger dans la rivière
Naviguer loin en plein hiver, en plein hiver

Et sans oublier qu’on se quitte
Que notre amour a ses limites
Ne pas se blesser le sourire
Ce sera difficile à tenir, ensemble

Inutile de s’aimer sans se voir
Inutile d’avancer dans le noir
Impossible de donner sans recevoir
Dans nos yeux les étoiles sont trop rares
C’est la fin de notre histoire

 

 

 

 

 

Aaron

Classé dans : Musique-1/ FRANCAISE — susie @

merci pour ce joli moment de partage Stéphane…

Endless song

Image de prévisualisation YouTube

Le tunnel d’or

Image de prévisualisation YouTube

Regarde il gèle la sous mes yeux
Des stalactites rêvent trop vieux
Toutes ses promesses qui s’évaporent
Vers d’autre ciel vers d’autres ports

Et mes rêves s’accrochent à tes phalanges
Je t’aime trop fort ça te dérange
Et mes rêves se brisent sur tes phalanges
Je t’aime trop fort
Mon ange mon ange

De mille saveurs une seule me touche
Lorsque tes lèvres effleurent ma bouche
De tous ses vents un seul m’emporte
Lorsque ton ombre passe ma porte

REFRAIN

Prends mes soupirs donne moi des larmes
A trop mourir on pose les armes
Respire encore mon doux mensonge
Que sous ton souffle le temps s’allonge

REFRAIN

A bout de souffle

Classé dans : Musique-1/ FRANCAISE — susie @

Nougaro

Image de prévisualisation YouTube

Quand j’ai rouvert les yeux
Tout était sombre dans la chambre
J’entendais quelque part comme une sonnerie
J’ai voulu bouger…
Aïe la douleur dans l’épaule droite tout à coup
Me coupa le souffle
Une peur affreuse m’envahit
Et mon corps se couvrit de sueur
Toute ma mémoire me revint
Le hold-up, la fuite, les copains
Qui se font descendre…
J’suis blessé, mais je fonce et j’ai l’fric
Je glissai la main sous l’oreiller
La mallette pleine de billets
Etait là, bien sage… deux cents briques !…
Somme toute ça pouvait aller
Mon esprit se mit à cavaler
Sûre était ma planque chez Suzy
Et bientôt à nous deux la belle vie
Les palaces, le soleil, la mer bleue, toute la vie…
Une radio s’est mise à déverser
Un air de piano à tout casser
Je connaissais ce truc
C’était le Blue Rondo à la Turk
Dave Brubeck jouait comme un fou
Aussi vite que moi mettant les bouts
Soudain, la sonnerie du téléphone
Mon cœur fit un bond
Je pris le récepteur
« Allô !, c’est Suzy, ça fait deux fois que j’appelle
- Qu’est-ce qu’il y a ?
- Y a un car de flics au coin de la rue
Je restai sans voix, j’étais foutu
- Il faut que tu files, me dit-elle
Descends pas, sauve-toi par les toits »
Bon Dieu d’bon Dieu, bon Dieu d’bon Dieu
Encore les flics, vite le fric
Et puis l’escalier de service
Quatre à quatre
Un vasistas était ouvert sur les étoiles
Et me revoilà faisant la malle
Parmi les antennes de télé
Ce pognon, je ne l’aurai pas volé
Trente mètres plus bas dans la rue
Du Colisée c’était la cohue
J’en peux plus, j’en peux plus…
J’ai couru comme dans un rêve le long des cheminées
Haletant, la mallette à la main, je vacillais…
Sur un toit s’amorçait un escalier d’incendie
S’enfonçant tout au fond d’une cour
Je descendis jusqu’en bas
Et me voici à trois pas d’une sortie sur la rue
Quelle rue, je ne le savais plus mais tant pis
Je suis sorti et tout de suite je les ai vus
Quatre flics au bout de la rue
Pas de panique, j’ai reconnu le bar du Living, j’y suis entré…
La boîte était pleine comme un œuf
Deux ou trois jazzmen faisaient le bœuf
Je brûlais de fièvre, je voyais
Les murs, les bouteilles qui tournaient
Puis quelqu’un m’a saisi par le bras
J’me retournai, Suzy était là
Toute pâle elle me souriait
De nouveau le soleil a brillé
Dans un souffle elle me dit
- Viens, j’ai la voiture tout près d’ici
Nous sommes sortis mais devant moi
Un poulet a crié « Ne bouge pas ! »
Avec la mallette je l’ai frappé
Alors le coup de feu a claqué
Me clouant sur place
Oh Suzy, t’en fais pas
Je te suis, on y va
Les palaces, le soleil, la mer bleue
Toute la vie, toute la vie
Toute la vie…

123456
 

Petit Art |
mon grenier que j'aime |
GD LA PALETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
| KOUT'fil New-Look
| TCHOLLE AND CO