SUSIE

Bienvenue dans mon monde

La fin

Classé dans : MES ECRITS — susie @

luisroyofrontcover.jpg 

Je m’abreuverai de cyprine 

  A ton orchidée sublime 

Ambroisie sacrée  Au goût de miel sucré 

 Je demeurerai là, évanouie, ivre d’amour  Mes palpitations seront de moins en moins perçues. 

 Mon cœur, perclus d’une douce douleur, ne battra plus.  Je mourrai entre tes jambes, comme une esclave déchue. 

Au lever du soleil, tu m’enterreras sous le sable chaud,  Et l’on n’entendra plus jamais parler de moi…

Susie

D’ailleurs…

Classé dans : MES ECRITS — susie @

p3250022.jpg

Nous sommes des déracinés, nous autres… Le cœur brûlant de retrouver sa patrie, tout en sachant que c’est ici que notre vie doit se construire…Ne pas s’enfuir à nouveau… 

Insouciants hier, ne se rendant compte de rien… La nostalgie me ronge la mémoire…C’est une belle épreuve que d’avoir le mal du pays, ça  sensibilise l’âme, c’est comme une richesse, mais c’est toujours aussi  douloureux, cette sensation que j’éprouve dans mes moments de solitude…

 Susie

Delirium

Classé dans : MES ECRITS — susie @

galaxies.jpg

Lorsque la plupart des étoiles disparaissent du firmament, et qu’on n’arrive à percevoir que deux ou trois d’entre elles, il est alors temps de reconnaître son étoile, cette véritable étoile illuminant tout le ciel tel un diamant scintillant. 

Mais que symbolise t-elle réellement ? 

A chacun sa conception du bonheur. 

Pour moi c’est la nuit de l’écartèlement Universel. Le Big-bang du corps astral. 

L’enveloppe charnelle n’est plus qu’un masque brisée en mille morceaux, et commence le voyage céleste, se perdant dans la galaxie, telle une météorite… 

Les lumières de la nuit sont électromagnétiques. 

Les chants de l’aurore parviennent enfin à nos sens… Je les vois, ces ondines valsant dans la profondeur de l’Atlantide. Une déesse prêche les fantasmes de l’être humain… Je l’entends envoyer des milliers de messages, sous formes de prières, et le fluide universel se détache enfin. Je flotte paisiblement dans une atmosphère hashichique où mes pensées s’évaporent… 

Me voilà partie vers le soleil levant, au Tibet chez Gautama, à Bethléem avec Jésus, l’esprit de l’Homme…Il y a 2000 ans… 

Le marc de café laisse transparaître les signes du destin… 

L’aigle a élevé son poids de ma cicatrice, elle semble refermée à jamais…Mais les souvenirs rôdent toujours quelque part dans la mémoire indestructible… 

Je ne meurs plus. 

Je ne fais que naître. 

Pauvre papillon exalté et impulsif, ton règne risque de s’achever ce soir…

Susie 

galaxieetoilev838.jpg

12345
 

Petit Art |
mon grenier que j'aime |
GD LA PALETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
| KOUT'fil New-Look
| TCHOLLE AND CO