SUSIE

Bienvenue dans mon monde

  • Accueil
  • > VEGAN
  • > À TOUS CEUX QUI NE SONT PAS (ENCORE) VÉGANES

À TOUS CEUX QUI NE SONT PAS (ENCORE) VÉGANES

Classé dans : VEGAN — susie @

Extrait du superbe site: http://glamconscious.fr/lettre-ouverte-non-veganes/

 

LETTRE OUVERTE À TOUS CEUX QUI NE SONT PAS (ENCORE) VÉGANES
Exceptionnellement aujourd’hui je partage un texte qui n’est pas de moi et qui s’adresse aux personnes qui ne sont pas véganes. J’espère qu’elles prendront le temps de lire de texte écrit par Ju’ sur le blog le-vegan-debutant.over-blog.com.

N’hésitez pas à le partager massivement ! Si cela peut contribuer à changer ne serait-ce qu’une personne alors ça vaut la peine.

vache-pature

« L’un des regrets les mieux partagés chez les véganes est celui de ne pas avoir passé le cap du véganisme plus tôt. Ce texte est destiné à tous ceux qui ne sont pas véganes et qui ne se sentent pas forcément encore prêts à le devenir. J’aurais aimé lire ça il y a 10 ans, ça m’aurait permis de sauver plus de vies.

Salut toi !

Tu n’es pas végane et même pas végétarien, peut-être même que tu ne connais pas la signification du mot « végane ». Tu manges de la viande, du poisson, par goût peut-être mais aussi beaucoup par habitude. Parce que tu en as toujours mangé et que tu n’y as jamais vraiment réfléchi. Bien sûr tu es au courant que de plus en plus de personnes décident de ne plus manger d’animaux ou d’en manger moins. Tu en as peut-être dans ton entourage d’ailleurs. Mais sans trop savoir pourquoi, tu ne te sens pas vraiment concerné. Ton quotidien te donne suffisamment de soucis sur lesquels te pencher sans avoir besoin d’en rajouter !

Tu as suivi de loin les quelques scandales alimentaires qui ont été fortement médiatisés, la viande de cheval, tout ça. Bien sûr tu ne trouves pas ça bien, mais tu penses que c’est une conséquence malheureuse de plus du monde dans lequel on vit. À côté de ça, tu aimes les animaux, en tout cas c’est ce que tu te dis. Tu ne veux de mal à aucun d’entre eux, même si tu as une préférence pour les chiens, les chats, les rongeurs ou les chevaux. Tu penses que tu vis très bien comme ça. En fait tu te trompes mais tu ne le sais pas encore. Tu le découvriras le jour où tu prendras enfin la décision de ne plus manger d’animaux. Tu découvriras une sensation de légèreté qui t’est pour l’instant inconnue. Comme si un poids sur ta conscience s’était soudain envolé. Mais pour l’instant ce poids, tu n’en as pas conscience. Tu le traînes comme un boulet, mais tu ne le vois pas.

Lorsqu’il t’arrive de discuter avec un végétarien ou un végane, tu es prêt à écouter ce qu’il peut dire sur ses raisons de ne plus manger d’animaux. Mais tu ne t’en sens pas capable. Tu as l’impression que c’est pour les autres, ça, mais que toi, tu n’as pas les ressources nécessaires pour effectuer un tel virage alimentaire, pour affronter les regards désapprobateurs, et parfois pires, de ta famille et de tes amis qui t’ont connu omnivore, « normal » donc. Et puis tu n’as jamais cuisiné de ta vie, tu achètes des plats tout prêts, tu vas beaucoup au fast food, c’est tellement pratique, ça évite de se prendre la tête…

Pourtant tu essayes de faire quelques efforts quand même. Depuis que tu es au courant pour les codes sur les oeufs, tu fais bien attention de n’acheter que des 1 (poules élevées en plein air) ou 0 (poules bio). Tu te dis que c’est déjà ça, c’est ta petite contribution mais tu ne te sens pas capable d’en faire plus. Ça demande trop d’énergie, trop de travail, tu n’as pas de temps à consacrer à une telle conversion alimentaire.

Cher toi, j’étais comme toi avant. Aujourd’hui, non seulement je ne regrette rien, mais je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. Je regrette d’avoir passé toutes ces années à tourner autour du pot, en me disant que quand même ce serait génial d’y arriver puis aussitôt de m’empresser de penser à autre chose pour ne pas trop creuser la question.

Crois-moi, c’est plus facile que tu ne le penses ! Certes, ça demande de revoir tes achats alimentaires et la façon dont tu conçois tes repas. C’est vrai tu ne pourras plus aller au fast food vite fait le soir pour ne pas avoir à préparer le repas. Mais ce que tu as à gagner est bien plus important que ça. Tu peux gagner la congruence, le fait d’être cohérent avec toi-même. Tes pensées, tes propos et tes actes seront enfin alignés, tout ira dans le même sens. Tu t’endormiras le soir en sachant que tu n’as fait de mal à personne, que ton action sur le monde n’a pas eu de conséquences négatives juste pour une histoire de papilles gustatives ou de flemme de faire à manger !

Ce poids, ce boulet que tu portes tout en fermant les yeux pour ne pas le voir, il s’en ira. Tu verras ça fait un bien fou !!! J’adorerais revivre ce moment où tu sens que tu viens de prendre une bonne décision, qui va te faire du bien à toi et à la planète.

Crois-moi, toutes les raisons que tu te donnes pour ne pas devenir végane, elles sont toutes fausses, elles sont toutes mauvaises et sans importance. Et ça au fond de toi tu le sais. Sois honnête envers toi-même et tu seras obligé, en ton for intérieur, de reconnaître que c’est vrai, même si ton ego, lui, te fait croire le contraire. La seule raison qui te pousse à rester comme tu es, c’est la peur du changement. C’est normal, tu es humain et on a tous peur du changement. Quand les choses ont l’air de se tenir à peu près, on ne veut rien changer de peur de se retrouver dans une situation pire qu’avant.

Seul l’inconfort extrême peut nous pousser au changement. Seulement là, il y a urgence. Il y a des êtres qui souffrent, des vies qui sont brisées, par milliers, à chaque instant. Tu ne peux donc pas te permettre de mettre ton petit confort avant tout cela. Et puis, tant qu’à faire, si tu as vraiment besoin d’inconfort pour réussir à prendre la décision que tu dois prendre, et bien je te défie de regarder sans broncher des vidéos tournées dans les abattoirs, d’animaux qui souffrent, qu’on laisse agoniser lentement comme s’ils n’étaient que des objets inertes.

Je doute fort que tu sois capable de regarder ces vidéos sans rien ressentir. Peut-être même vas-tu refuser de le faire. Mais alors, poses-toi la question : pourquoi ce qui n’est pas assez bon pour tes yeux le serait pour ton estomac ? Peux-tu réellement cautionner tant de souffrances ? C’est ça ta vision d’un monde idéal ? Tu veux vraiment vivre dans un monde où on fait souffrir des êtres vivants pour que tu puisses te payer un fast-food ? À moins que tu ne sois Lucifer en personne, je ne pense pas que tu veuilles tout cela. Je pense juste que tu essayes de fermer les yeux sur tout ça car tu ne te sens pas capable de faire face à autant de souffrances, et à prendre les décisions qui s’imposent.

Mais maintenant, il est temps. Réagis !!! Ton monde c’est toi qui le construis, alors construis-le comme tu le veux au lieu de te considérer comme une victime qui ne peut rien y faire. Tu peux changer le monde en changeant ce que tu mets dans ton assiette, alors vas-y ! Ne t’inquiète pas, on est déjà plein, on est de plus en plus et si tu n’as pas une âme d’aventurier, pas de soucis, des milliers l’ont fait avant toi et peuvent t’aiguiller, t’aider, te conseiller…

Alors, viens, on t’attend ! Et merci pour ce que tu t’apprêtes à faire… »

 

Laisser un commentaire

 

Petit Art |
mon grenier que j'aime |
GD LA PALETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
| KOUT'fil New-Look
| TCHOLLE AND CO