SUSIE

Bienvenue dans mon monde

Dalida

Classé dans : Musique DALIDA — susie @

 dalida.jpg

Yolanda Gigliotti dite Dalida, née le 17 janvier 1933 au Caire en Égypte et décédée dans la nuit du 2 au 3 mai 1987 à Paris, était une chanteuse et une actrice italienne. Son père était premier violon à l’opéra du Caire.

Dalida gagne Paris à l’âge de vingt et un ans dans l’espoir de faire carrière dans le cinéma, après avoir remporté en Égypte quelques concours de beauté, dont le titre de « Miss Égypte 1954 », et tourné dans plusieurs films de série B. Rapidement consciente du fait que ce maigre bagage ne pèse rien aux yeux des producteurs français, elle s’oriente vers la chanson et débute à la Villa d’Este, dans un répertoire à l’exotisme latin emprunté à Gloria Lasso.

A la recherche de nouveaux talents pour son Music Hall, Bruno Coquatrix remarque Dalida à la Villa d’Este et au Drap d’Or (restaurants-cabarets parisiens). Il lui suggère de participer à un concours pour amateurs: « Les numéros 1 de demain », organisé à l’Olympia. Sont présents Bruno Coquatrix, directeur des lieux, Eddie Barclay, jeune producteur de disques (qui vient d’importer le microsillon des Etats-Unis en France), et Olivier Viau, directeur des programmes d’Europe 1. Pour l’anecdote, sa carrière s’est jouée au 421. Lucien Morisse désirant assister au concours et Domingo Gonzalez Lucien gagne ! Ce dernier, subjugué par la beauté de Dalida, la convoque dans ses bureaux de la rue François 1er quelques jours plus tard …(Il lui dira:  » Je vous attendais. » Elle répondra:  » Moi aussi je vous attendais. ») Elle enregistre rapidement son premier 45 tours : « Madona » une adaptation française d’un titre d’Amália Rodrigues, Barco Negro. Devant ce demi-échec et un deuxième disque Le torrent qui n’a guère été plus efficace, Lucien Morisse pense avoir déniché LE titre qui sera la marque de fabrique de Dalida : Bambino. Guaglione en italien était prévu pour la vedette en place, Olivier Viau. Il bloque la chanson et la fait enregistrer en une nuit ! Résultat des courses : une chanson vendue à 1 million de 45 tours, un an au hit-parade et un disque d’or. Lucien Morisse invente le matraquage, Bambino passe toutes les heures à l’antenne ! Sur sa lancée, Dalida partage, quelques semaines plus tard, la même scène de l’Olympia, en première partie du spectacle de Charles Aznavour puis en vedette américaine de Gilbert Bécaud.

 

dalida1.jpg

Lucien Morisse, qui l’épousera par la suite, prend sa carrière en main et en fait rapidement une immense vedette populaire, grâce à des succès comme Bambino, qui la lance en 1956, Come prima, Gondolier, Romantica, bientôt suivis par les Enfants du Pirée, Ciao, ciao bambina, L’Arlequin de Tolède, Itsi bitsi, petit bikini

La danse de Zorba

Image de prévisualisation YouTube

Les gitans

Image de prévisualisation YouTube

Pourtant, en dépit de cette fabuleuse réussite, la chanteuse n’est guère heureuse dans sa vie privée. Un enchaînement de drames personnels (courte liaison avec l’acteur et peintre Jean Sobieski -père de Leelee Sobieski- au début des années soixante, suicide de Luigi Tenco, le nouvel homme de sa vie, lors du Festival de Sanremo en 1967, puis ceux de Lucien Morisse, son ex-mari, en 1970, de l’ami chanteur Mike Brant en 1975, en 1983, de Richard Chamfray, dit Comte de St-Germain, son compagnon pendant neuf ans et un avortement échoué qui entraînera une stérilité) la pousse à une tentative de suicide en 1967 quelques jours après Tenco.

Ciao amore (Luigi Tenco)

Image de prévisualisation YouTube

Cette période de crise correspond à un changement d’orientation dans sa carrière. Elle élargit son répertoire avec des chansons à texte (« Avec le temps », de Léo Ferré), obtient un succès mondial avec « Gigi l’amoroso » et « Il venait d’avoir dix-huit ans », se convertit sans complexe et avec un succès inattendu au disco, le remake de « J’attendrai » en 1976, remporte un grand succès, tourne avec talent dans le film de Youssef Chahine, Le Sixième Jour (1986) et joue même les meneuses de revue, façon Mistinguett, au Palais des sports (1979-1980).

Avec le temps

Image de prévisualisation YouTube

Il venait d’avoir 18 ans

Image de prévisualisation YouTube

Mais, cachant de plus en plus difficilement le désespoir qui l’habite sous le bonheur exprimé par ses chansons, elle se suicide dans sa maison de Montmartre le 3 mai 1987. Elle est inhumée au cimetière Montmartre.

Mourir sur scène

Image de prévisualisation YouTube

«La douleur est le terreau de l’artiste.»

Le petit bonheur

Image de prévisualisation YouTube

Besame mucho

Image de prévisualisation YouTube
Parole parole 
Pour Maman…

Image de prévisualisation YouTube

Ti amo

Image de prévisualisation YouTube

Parle plus bas

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dalida.com/

Laisser un commentaire

 

Petit Art |
mon grenier que j'aime |
GD LA PALETTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la fée zen
| KOUT'fil New-Look
| TCHOLLE AND CO